JO 2024 : « Si l’audiovisuel n’est pas présent sur telle ou telle compétition sportive mais qu’elle est disponible sur une autre, pourquoi pas ? » estime Jean-Pierre Leleux

JO 2024 : « Si l’audiovisuel n’est pas présent sur telle ou telle compétition sportive mais qu’elle est disponible sur une autre, pourquoi pas ? » estime Jean-Pierre Leleux

Jean-Pierre Leleux, rapporteur de la commission de la culture au Sénat et sénateur (LR) des Alpes-Maritimes, a réagi au micro de Sénat 360, concernant le plan d’économies dans l’audiovisuel public français et sur le possible renoncement de France Télévisions aux JO de 2024.   
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Lundi 4 décembre, le Sénat continue l’examen du projet de loi des finances pour 2018, en se penchant cette fois sur les crédits « culture ». Une baisse des crédits de l’audiovisuel public pour 2018 déjà annoncée suscite de plus en plus de tensions. Jean-Pierre Leleux, rapporteur de la commission de la culture au Sénat et sénateur (LR) de des Alpes-Maritimes, estime que cette baisse reste relativement modeste : « Elle ne représente qu’1% d’un budget considérable de plus de 3,5milliards ». Pour lui, l’important est que l’audiovisuel public se réforme : « Avec notre collègue André Gattolin, nous avons établi plusieurs rapports  pour appeler de nos vœux une réforme systémique de l’audiovisuel public (…) Le monde a changé (…) le numérique bouscule tout. Il faut maintenant que l’audiovisuel public se réforme comme les autres sociétés de l’audiovisuel du monde ».

Jean-Pierre Leleux est favorable à l’action du gouvernement sur ces dossiers : « Nous pensons qu’avec les messages que le gouvernement nous envoie, que Madame la ministre de la Culture nous envoie, on sent qu’il y a une volonté de réforme, qui se rapproche relativement beaucoup des rapports que nous avons faits (…) Le gouvernement peut s’appuyer sur nos rapports ».

Interrogé sur le risque que France Télévisions renonce au JO de 2024 pour des raisons de budget, Jean-Pierre Leleux ne s’en émeut pas : « Les droits sportifs coûtent de plus en plus chers. Le principal, c’est que le téléspectateur y ait accès gratuitement. Alors, ça, ça se discute avec d’autres chaînes. Si l’audiovisuel n’est pas présent sur telle ou telle compétition sportive mais qu’elle est disponible sur une autre, pourquoi pas ? »

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

JO 2024 : « Si l’audiovisuel n’est pas présent sur telle ou telle compétition sportive mais qu’elle est disponible sur une autre, pourquoi pas ? » estime Jean-Pierre Leleux
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le