Johnny: le FN regrette que Mme Le Pen soit persona non grata

Johnny: le FN regrette que Mme Le Pen soit persona non grata

Plusieurs responsables du FN ont dénoncé le fait que la famille de Johnny Hallyday ait selon eux refusé la présence de Marine Le...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Plusieurs responsables du FN ont dénoncé le fait que la famille de Johnny Hallyday ait selon eux refusé la présence de Marine Le Pen à l'hommage rendu samedi à Paris au chanteur.

"La famille de Johnny n’a pas souhaité la présence de Marine Le Pen : Johnny qui a tant de fois été rejeté appréciera !", a ainsi tweeté Gilbert Collard, député FN du Gard.

La présidente du FN "exclue de l’enterrement de Johnny. Du coup, je rentre chez moi un peu triste. Sur 11 millions d’électeurs de Marine, 10 sont certainement de grands fans de l’idole des jeunes", a de son côté réagi sur Twitter Wallerand de Saint Just, trésorier du FN et président du groupe frontiste au conseil régional d'Ile-de-France.

Le maire de Béziers, Robert Ménard, proche du FN, a jugé "regrettable" le fait que Mme Le Pen soit "persona non grata" à cette cérémonie.

Quant à Louis Aliot, député des Pyrénées-Orientales, il a souligné sur Twitter qu'"en revanche, la famille n’avait rien trouvé à dire pour accepter le chèque du spectacle de Johnny à Fréjus, ville FN !". "Johnny reste dans nos coeurs c’est l’essentiel...", ajoute le compagnon de Mme Le Pen.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le