Jour de carence: pour Hamon, “l’Etat fait des économies sur les gens qui partent en maladie”

Jour de carence: pour Hamon, “l’Etat fait des économies sur les gens qui partent en maladie”

L'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon (ex-PS) a regretté vendredi le rétablissement annoncé par le gouvernement du...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

L'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon (ex-PS) a regretté vendredi le rétablissement annoncé par le gouvernement du jour de carence dans la fonction publique, affirmant que "l'Etat va faire des économies sur les arrêts maladie de ses fonctionnaires".

"Il y a des jours de carence dans le privé, mais ils sont compensés financièrement" dans la plupart des grandes entreprises, a fait valoir sur RTL l'ancien ministre socialiste, qui a quitté le PS pour fonder le "mouvement du 1er juillet".

"L'Etat va faire des économies sur les arrêts maladie de ses fonctionnaires, c'est une manière de moins bien indemniser ceux qui sont en arrêt maladie au motif de lutter contre l'absentéisme", a jugé M. Hamon.

"La réalité c'est qu'on devrait s'interroger sur la souffrance au travail", a-t-il poursuivi. "Il y a toujours des abus, mais à partir des abus, on ne peut pas expliquer aujourd'hui qu'il y ait autant d'arrêts maladie dans certaines administrations, qui sont liés à des méthodes de management, à une perte de sens".

Commentant les premiers éléments de calendrier des mesures de l’exécutif, notamment la hausse de la CSG annoncée pour 2018, Benoît Hamon a estimé que "ceux qui allaient mal hier iront un peu plus mal demain, hélas".

"Pour faire simple, les gens qui allaient bien avant vont toujours bien et eux ne sont pas mécontents. Ceux qui n'allaient pas bien avant, aujourd'hui peuvent se poser la question de savoir en quoi ils vont pouvoir d'une manière ou d'une autre bénéficier des politiques mises en oeuvre".

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le