Juifs sous Vichy et musulmans aujourd’hui: Peillon crée la polémique

Juifs sous Vichy et musulmans aujourd’hui: Peillon crée la polémique

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, a estimé que la laïcité était "utilisée" par certains contre des...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Vincent Peillon, candidat à la primaire initiée par le PS, a estimé que la laïcité était "utilisée" par certains contre des musulmans aujourd'hui, et que "ça a été fait" sous Vichy contre les Juifs, avant de "préciser" son propos face à la polémique.

Mardi soir, dans "L'Emission politique" sur France 2, l'ancien ministre de l’Éducation a fustigé ceux qui "veulent utiliser la laïcité - ça a déjà été fait dans le passé - contre certaines catégories de populations".

"C'était il y a quarante ans (sic) les Juifs, à qui on mettait des étoiles jaunes, c'est aujourd'hui un certain nombre de nos compatriotes musulmans, qu'on amalgame d'ailleurs souvent avec les islamistes radicaux: c'est intolérable", a poursuivi le député européen.

Comme on lui demandait s'il visait ainsi l'ancien Premier ministre Manuell Valls, un de ses concurrents à la primaire, Vincent Peillon a répliqué: "Le problème n'est pas Manuel Valls en France, le problème c'est le fascisme rampant de Madame (Marine) Le Pen".

Mercredi, Vincent Peillon a tenu à "préciser (sa) pensée et (sa) conviction qu'une contraction de phrases a pu déformer".

"Le régime de Vichy ne se réclamait pas de la laïcité, bien au contraire. Et ce qu'ont vécu les Juifs sous Vichy ne saurait être banalisé d'aucune façon", a-t-il souligné dans une déclaration écrite, ajoutant: "Tout cela, je le sais charnellement et intellectuellement mieux que quiconque, par mon histoire personnelle, par mes travaux, par mes combats politiques énergiques pour la laïcité, et contre le racisme et l'antisémitisme". Vincent Peillon est issu d'une famille juive alsacienne par sa mère.

Avant cette mise au point, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) avait vivement dénoncé dans un communiqué la phrase du candidat: "L'histoire de la déportation de plus de 75.000 Juifs, de la spoliation des biens juifs ou des lois discriminatoires comme le port de l'étoile jaune ne saurait être dévoyée et instrumentalisée au nom d'un soi-disant équilibre des souffrances".

Interrogé sur l'expression de "fascisme rampant", le vice-président du Front national, Florian Philippot, a pour sa part lancé: "M. Peillon sera dans l'insulte s'il le souhaite".

Il "nous a expliqué hier que la laïcité avait été à l'origine de l'étoile jaune et aujourd'hui de l'amalgame entre islamisme et islam (...). Donc, bon, n'importe quoi (...), il ferait mieux de réviser un peu son histoire", a cinglé le n°2 du FN sur Sud Radio et Public Sénat.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Juifs sous Vichy et musulmans aujourd’hui: Peillon crée la polémique
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le