Jumel (PCF) sur Mélenchon: “la mobilisation sociale ne se décrète pas”

Jumel (PCF) sur Mélenchon: “la mobilisation sociale ne se décrète pas”

"La mobilisation sociale ne se décrète pas", a déclaré jeudi, en direction de Jean-Luc Mélenchon, le porte-parole des députés...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

"La mobilisation sociale ne se décrète pas", a déclaré jeudi, en direction de Jean-Luc Mélenchon, le porte-parole des députés communistes Sébastien Jumel, qui se définit comme "trop insoumis pour être +Insoumis+".

"Je ne veux pas faire de critique implicite, je ne suis pas là pour commenter tous les faits et gestes de Jean-Luc Mélenchon" mais "la mobilisation sociale ne se décrète pas", a dit le député de la Seine-Maritime lors de l’émission "Questions d’info" LCP-Le Monde-franceinfo-AFP.

"Les syndicats s’y essaient avec force, avec sérieux, avec esprit de responsabilité, il leur appartient de continuer à travailler aux convergences nécessaires à bâtir pour faire grandir la mobilisation. Et nous, notre responsabilité politique, c’est de donner de la perspective, de l’espoir, un prolongement alternatif au mouvement social. Souvent, le mouvement social a du mal à émerger lorsque l’alternative politique a du mal à émerger elle-même", a poursuivi l'ancien maire de Dieppe.

"Quand on a affaire à un gouvernement aussi brutal", "multipliant les humiliations de classe, il n’y a pas de place pour la polémique dans l’opposition (...) On a des relations de travail efficaces avec les parlementaires (LFI), avec François Ruffin, avec Clémentine Autain, avec l’ensemble des parlementaires", a relevé M. Jumel.

"J’ai dit à Jean-Luc Mélenchon avec le sourire que j’étais trop insoumis pour être +Insoumis+. Je suis né dans un berceau de l'anarcho-syndicalisme, indiscipliné chez les communistes et trop insoumis pour être +Insoumis+", a expliqué l'élu.

"Les journalistes, et je ne les stigmatise pas en disant ça, ont considéré qu’il y’avait une opposition à Macron. Non, il y a des oppositions, elles ont vocation à s’additionner, à multiplier leurs forces", selon lui.

"J’entends et je comprends que LFI va avoir un débat interne" sur la laïcité, a-t-il par ailleurs noté. "Pour ce qui nous concerne, les communistes, cette question est tranchée depuis longtemps: nous considérons qu’il y a vocation à ne stigmatiser aucune religion" et "que les religions soient dans la sphère privée ".

Quant à Benoît Hamon, "l’appel du Texas, c’est quand même pas l'appel du général De Gaulle à Londres", a ironisé M. Jumel en réféfrence à son appel depuis Austin (Etats-Unis) à une "alliance internationale" des "progressistes". "Benoît Hamon peine à crédibiliser son mouvement".

Dans la même thématique

Paris : Gabriel Attal conference de presse
4min

Politique

« Pas de hausse d’impôts quoi qu’il arrive », promet Attal : « Démagogie pure » répond la commission des finances du Sénat

Lors d’une conférence de presse, Gabriel Attal a fustigé a renvoyé dos à dos les programmes économiques du RN et du Nouveau Front Populaire, comme étant irréalistes tout en prenant l’engagement « d’inscrire dans la loi une règle d’or budgétaire, pas d’augmentation des impôts quoi qu’il arrive ». « Une impasse » pour les sénateurs de la commission des finances.

Le

Jumel (PCF) sur Mélenchon: “la mobilisation sociale ne se décrète pas”
6min

Politique

Attal présente son programme et renvoie dos à dos « Nupes » et RN : « Le 30 juin, j’aimerais que les Français me choisissent » 

Ce jeudi 20 juin, le Premier ministre a dévoilé une série de mesures sur le pouvoir d’achat, le travail, la transition écologique ou encore la justice des mineurs, qui seront portées par les candidats de la majorité aux législatives anticipées. Gabriel Attal n’a pas hésité à personnaliser le scrutin, appelant les Français à « le choisir » dès le premier tour.

Le