Karine Berger: Macron + PS feront Fillon-Le Pen au 2e tour

Karine Berger: Macron + PS feront Fillon-Le Pen au 2e tour

Karine Berger, soutien de Vincent Peillon à la primaire organisée par le PS, a estimé mardi que les candidatures d'Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Karine Berger, soutien de Vincent Peillon à la primaire organisée par le PS, a estimé mardi que les candidatures d'Emmanuel Macron et du vainqueur de la primaire aboutiraient "mathématiquement" à un second tour Fillon-Le Pen à la présidentielle de 2017.

"C'est mathématiquement impossible", que le candidat de gauche issu de la primaire soit au second tour, déplore-t-elle. "Deux candidatures aussi importantes que celles d'Emmanuel Macron et du candidat de gauche issu des primaires citoyennes (...) (font) que le second tour de l'élection présidentielle est écrit à droite et à l'extrême-droite", a estimé la députée PS des Hautes-Alpes à l'antenne de France Inter.

"Emmanuel Macron propose une offre ni de droite ni de gauche mais qui, parce qu'elle séduit une partie de l'électorat de gauche, interdit au candidat de gauche issu de la primaire ou presque d'arriver au second tour de l'élection présidentielle", a-t-elle déclaré.

"C'est la responsabilité historique d'Emmanuel Macron de prendre ce risque. Moi je dis encore et toujours à Emmanuel : +essayons de ne pas livrer ce pays à (...) la droite filloniste et à l'extrême-droite Marine Le Pen, et mettons-nous d'accord avant le premier tour de l'élection présidentielle+", a-t-elle poursuivi en s'adressant à l'ancien ministre de l’Économie.

Chargée des idées et du projet de Vincent Peillon, Mme Berger a également levé le voile sur des pistes du programme économique de l'ancien ministre de l’Éducation, qui dévoilera officiellement ses propositions début janvier, en plaidant notamment pour un frein des baisses de charges.

"Les baisses de charge, ça a été en l'espace de cinq ans 40 milliards d'euros. C'est quelque chose de considérable et qui à ce stade, est arrivé à un maximum qui n'a pas de raison d'être poursuivi (à cette) ampleur importante", a-t-elle expliqué.

"Avec 40 milliards d'euros, on a créé sans doute à peu près 100.000 à 150.000 emplois et on n'arrivera pas à aller au-delà sans faire un vrai plan de productivité et de compétitivité, recherche, innovation, investissement dans la création", a-t-elle conclu.

+

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Karine Berger: Macron + PS feront Fillon-Le Pen au 2e tour
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le