L’agriculture urbaine, « ce n’est pas du gadget » pour Anne Hidalgo

L’agriculture urbaine, « ce n’est pas du gadget » pour Anne Hidalgo

En visite au salon de l’agriculture, la maire de Paris a livré un plaidoyer pour l’agriculture urbaine. Loin d’être une mode de bobos parisiens, ce dispositif pourrait atténuer la séparation des territoires, selon elle.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Anne Hidalgo s’est rendue au salon de l’agriculture ce jeudi. L’occasion de vanter l’agriculture urbaine qu’elle entend développer dans la capitale. « Ces grandes métropoles ont besoin d’être dans une alliance et pas dans une opposition avec les territoires ruraux, il y a des sujets qui sont communs : la question de l’alimentation, la question par exemple pour Paris de réintroduire l’agriculture urbaine », défend la maire de Paris. Accompagnée du président des maires ruraux de France, Vanik Berberian, elle défend ce mode production en arguant l’alliance des territoires.

 « Paris et la métropole du Grand Paris doivent vraiment installer ce qu’on appelle souvent une ceinture maraîchère », plaide Anne Hidalgo. Une condition sine qua non  « si on veut réduire les circuits de transport de ce qui vient dans nos assiettes ». Si elle ne prétend pas rendre les métropoles autosuffisantes en termes de production agricole, la maire de Paris estime qu’on « peut, par l’agriculture urbaine et l’installation d’agriculteurs à Paris, aller vers quelque chose qui atténue cette séparation des territoires. Moi, je prône cette alliance des territoires ».

« Ce serait facile de dire "Allez l’agriculture urbaine c’est le dernier truc des bobos…" Notre idée, c’est d’en faire quelque chose de sérieux et on doit s’appuyer sur des gens sérieux : les agriculteurs, les jeunes agriculteurs mais aussi l’expérience des maires des communes rurales », appuie Anne Hidalgo.    

Dans la même thématique

fra: D Day -International commemorative ceremony at Omaha Beach
11min

Politique

Législatives 2024 : ces circonscriptions où la majorité ne présente pas de candidat face aux LR et à quelques PS

Pour « lutter dès le premier tour contre les extrêmes », la majorité présidentielle a décidé de ne pas présenter de candidat dans une soixantaine de circonscriptions. De quoi peut-être lui permettre de trouver une majorité après le 7 juillet. Si les LR expliquent rester sur une ligne d’autonomie, dans le Nord, le parti a pourtant décidé de ne pas présenter de candidat face à certains candidats soutenus par le parti d’Emmanuel Macron.

Le

Paris : Francois Hollande 20 heures sur TF1
4min

Politique

Ces candidats qui font leur grand retour aux législatives

Ils ont été ministres ou Président de la République, ont quitté la vie politique … et choisissent d’y revenir pour les élections législatives. Voici un aperçu des candidats qui font leur retour sur le devant de la scène à l’occasion des élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet prochains.

Le