L’Assemblée vote le projet de loi agriculture en première lecture

L’Assemblée vote le projet de loi agriculture en première lecture

L'Assemblée nationale a adopté mercredi par 339 voix contre 84, avec 130 abstentions, le projet de loi agriculture et...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'Assemblée nationale a adopté mercredi par 339 voix contre 84, avec 130 abstentions, le projet de loi agriculture et alimentation en première lecture, après huit jours de débats souvent animés.

Le texte, porté par Stéphane Travert, a été approuvé par les députés LREM et leurs alliés du MoDem avec "enthousiasme", tandis que LR et le groupe UAI se sont majoritairement abstenus, évoquant "un rendez-vous manqué". Abstention également pour le FN.

Les élus des trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, Insoumis et communistes - ont en revanche voté contre, faisant part de leur "déception" après les "espoirs" suscités par les "États généraux de l'alimentation" (EGA), dont le projet de loi est le fruit.

Pour la majorité, le texte, qui entend notamment rééquilibrer les relations commerciales au profit des agriculteurs et vise aussi à promouvoir une alimentation plus saine et durable, opère un "tournant". Mais, a observé Monique Limon (LREM), les objectifs fixés "ne pourront être atteints que si les professionnels s'en emparent", argument aussi mis en avant par le MoDem Nicolas Turquois, agriculteur, sur ce projet de loi qui est "une première étape".

Au nom du groupe LR, Jérôme Nury s'est dit "partagé". Ce texte était la "dernière bouée de sauvetage dans cette tempête de détresse qui s'abat sur les agriculteurs", mais c'est "une bouée dégonflée", a-t-il déploré, évoquant un "rendez-vous manqué avec la profession agricole".

"Des EGA au texte de loi, le compte n'y est pas", a aussi jugé Thierry Benoit (UDI-Agir-Indépendants), confirmant une "abstention d'alerte et de vigilance" de son groupe.

L'ex-ministre socialiste délégué à l'Agroalimentaire Guillaume Garot a estimé que "c'est la déception qui l'emporte" après les "espoirs" nés des EGA, Loïc Prud'homme (LFI) fustigeant une loi "vide de sens" sous "l'influence des lobbys".

Le communiste Sébastien Jumel a, lui, dénoncé "un texte bien fragile qui déçoit profondément les agriculteurs de France". "Où est passée la loi qui protège?", a-t-il lancé, dénonçant "des mesures de marketing, un écran de fumée destiné à masquer les souffrances du monde rural".

Dans la même thématique

Reception de la presse internationale à l’Elysee, a l’occasion des Jeux de Paris 2024
9min

Politique

Interview d’Emmanuel Macron sur les JO : « Il va s’en servir comme d’une métaphore sur le climat politique » 

Ce mardi 23 juillet au soir, Emmanuel Macron va s’exprimer pour la première fois depuis les élections législatives, lors d’une interview pour France Télévisions et Radio France. L’occasion pour lui d’expliciter « la trêve olympique et politique » qu’il a appelée hier de ses vœux. Alors quels sont les enjeux de cette intervention ?  

Le

L’Assemblée vote le projet de loi agriculture en première lecture
4min

Politique

Lutte anti-drone pour les JO : « Une priorité » pour Attal, sur laquelle les sénateurs ont alerté

A trois jours de l’ouverture de Jeux Olympiques, le premier ministre démissionnaire s’est rendu à la base militaire de Villacoublay pour se faire présenter le dispositif anti-drone. Et a révélé qu’il y a déjà « 6 drones interceptés en moyenne chaque jour » aux abords des sites olympiques. Un sujet sur lequel les sénateurs ont alerté depuis longtemps l’exécutif.

Le