L’écologiste Jadot voit du “courage politique” dans la démarche de Valls

L’écologiste Jadot voit du “courage politique” dans la démarche de Valls

Yannick Jadot (EELV) a estimé mercredi que Manuel Valls avait du "courage politique" après la décision de l'ancien Premier...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Yannick Jadot (EELV) a estimé mercredi que Manuel Valls avait du "courage politique" après la décision de l'ancien Premier ministre de se présenter aux législatives sous la bannière En Marche ! et déclaré qu'il serait "logique" qu'il quitte le PS.

"Le PS est en train de gérer un moment de clarification politique. Je trouve que Valls a du courage politique, il soutient globalement les mêmes idées de Macron, c'est normal qu'il le rejoigne", a estimé l'ancien candidat écologiste à l'élection présidentielle sur LCP.

Doit-il pour autant quitter le PS ? "Oui, bien sûr, ce serait logique", a répondu M. Jadot. "La suite, c'est de poursuivre le travail réalisé durant le quinquennat avec Macron, il (Valls) va au bout de ses idées, il n'est plus d'accord avec le PS, il s'en va, il est d'accord avec Macron, il le rejoint, c'est normal".

Revenant sur la "plateforme" du PS pour les législatives, M. Jadot a regretté que certaines mesures phares du projet présidentiel de l'ancien candidat Benoît Hamon soient écartées. "Le PS a remis en cause le beau projet que l'on a porté pendant la présidentielle en mettant de côté les ambitions écologiques, le revenu universel, ou le partage du temps de travail", a déploré cet eurodéputé écologiste.

"J'invite donc les électeurs à tirer les conclusions: dans la plupart des circonscriptions où il y a un candidat socialiste et écologiste, il faudra voter écologiste si on veut de l'écologie à l'Assemblée nationale", a-t-il plaidé.

Alors que le candidat PS défait à l'élection présidentielle a annoncé mercredi la création d'un "large mouvement transpartisan" pour cet été, M. Jadot a également appelé au "rassemblement".

"Face aux assauts hégémonistes des Insoumis, d'En Marche!, on ne peut pas attendre un congrès du PS pour recomposer la gauche", a-t-il estimé, mettant en garde contre le "risque que les idées écologistes ne soient plus représentées" à l'Assemblée.

Interrogé sur son éventuelle volonté de participer à la "majorité présidentielle" du président élu, l'élu EELV a répondu: "Je ne serai pas de la majorité présidentielle autour d'un projet Macron dans lequel je ne me retrouve pas, mais à partir du moment où ce président a la volonté d'engager la transition écologique, je serai de tous ces combats-là".

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

L’écologiste Jadot voit du “courage politique” dans la démarche de Valls
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le