L’écrivaine Marie Desplechin candidate suppléante de l’écologiste Bayou aux législatives

L’écrivaine Marie Desplechin candidate suppléante de l’écologiste Bayou aux législatives

L'écrivaine Marie Desplechin va se présenter aux élections législatives comme suppléante du porte-parole d'EELV Julien Bayou dans...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L'écrivaine Marie Desplechin va se présenter aux élections législatives comme suppléante du porte-parole d'EELV Julien Bayou dans la 5e circonscription de Paris, où se présentent notamment le porte-parole d'En Marche! et une socialiste sortante, a annoncé jeudi le candidat écologiste.

"Il nous reste moins de trois semaines pour convaincre les habitants du 3e et du 10e arrondissements. Je suis très fier aujourd'hui de vous annoncer que Marie Desplechin, écrivaine de talent, très engagée auprès de Réseau Education Sans Frontières et habitante du 10e, sera ma suppléante", a indiqué M. Bayou dans un communiqué.

Ce candidat a affirmé que leur "candidature est soutenue par des personnalités de tous horizons: Eva Joly, Yannick Jadot, Raphaël Glucksmann, Caroline de Haas, Yanis Varoufakis, Marie-Monique Robin, Noël Mamère, Didier Wampas, Denis Robert, David Koubbi, etc".

Le porte-parole du mouvement d'Emmanuel Macron En Marche! Benjamin Griveaux espère, lui, ravir cette circonscription de la capitale à la socialiste sortante Seybah Dagoma.

Didier Le Reste, conseiller de Paris et ancien patron de la CGT-Cheminots, est candidat pour le PCF, Layla Yakoub pour la France Insoumise, tandis que Déborah Pawlik, conseillère de Paris et régionale, porte les couleurs de LR.

M. Bayou a plaidé que "des députés écologistes seront quoiqu'il arrive un appui crucial pour faire progresser l'écologie dans le quinquennat", voyant un "signal positif" dans la nomination de Nicolas Hulot, mais jugeant nécessaire de scruter "les premières décisions du gouvernement sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, les boues rouges et le nucléaire pour mesurer sa capacité à arracher des arbitrages face à un Premier ministre anti-écolo".

"Je voterai pour des mesures écologistes, pour une loi ambitieuse de moralisation de la vie publique, mais contre le détricotage du droit du travail ou le traité de libre-échange avec le Canada. Je voterai pour l'accompagnement de la sortie du diesel, pour l'inéligibilité des élus corrompus, mais contre la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires et le système injuste de retraite par points", a ajouté entre autres le porte-parole d'EELV.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le