L’Elysée dans l’effervescence pour l’investiture de Macron

L’Elysée dans l’effervescence pour l’investiture de Macron

L'Elysée était plongé dans l'effervescence des grands jours dimanche matin avant d'accueillir son nouvel hôte, Emmanuel Macron,...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L'Elysée était plongé dans l'effervescence des grands jours dimanche matin avant d'accueillir son nouvel hôte, Emmanuel Macron, 8e président de la Ve République.

Quelque 530 journalistes français et étrangers ont demandé leur accréditation pour assister, sous un ciel menaçant, à la passation de pouvoirs avec le président sortant François Hollande.

Pour immortaliser l'événement, des centaines de photographes et de caméramen ont pris place sur les flancs de la cour d'honneur et jusque sur les toits du palais présidentiel.

Au centre de la cour au gravier soigneusement ratissé: le large tapis rouge que remontera le président élu devant un détachement de la Garde républicaine, pour rejoindre le perron où l'attendra à 10H00 précises son prédécesseur.

Emmanuel Macron fera, selon son entourage, le chemin entre son domicile parisien et l'Elysée à bord d'une Renault Espace grise blindée de la présidence.

Puis lui-même et François Hollande s'enfermeront dans le bureau présidentiel, au premier étage du palais, pour un tête-à-tête au cours duquel le sortant livrera à l'entrant quelques secrets d'Etat dont les fameux codes de l'arme nucléaire.

Dans la foulée, Emmanuel Macron, après avoir été élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d'honneur, rejoindra la Salle des fêtes du palais présidentiel où quelque 300 personnes représentant les corps constitués (Conseil constitutionnel, Conseil économique et social, bureau de l'Assemblée nationale et du Sénat, Cour de Cassation...) assisteront à son investiture.

A titre personnel, le nouveau président a convié des représentants des partenaires sociaux ainsi que des prix Nobel et une centaine de proches, principalement de sa famille et de celle de son épouse Brigitte, toujours selon son entourage.

Parmi les invités personnels du couple présidentiel également: une petite dizaine de "marcheurs" de la première heure, Richard Ferrand, Christophe Castaner, Renaud Dutreil, Gérard Collomb, Sylvie Goulard, François Patriat...

Mais Emmanuel Macron a invité aussi le compagnon de Corinne Erhel, députée des Côtes-d'Armor décédée le 5 mai lors du dernier meeting de la campagne, celui de Xavier Jugelé, le policier tué le 20 avril sur les Champs-Elysées lors d'une attaque jihadiste, ainsi que le père d'une militante d'En Marche! qui s'est tuée en voiture durant la campagne, à l'âge de 29 ans.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le