L’exécutif « va être obligé de nous écouter », se réjouit Olivier Marleix

L’exécutif « va être obligé de nous écouter », se réjouit Olivier Marleix

Le chef de file des députés LR à l’Assemblée nationale affirme vouloir s’installer dans une « opposition d’intérêt général » et rejette l’idée d’une coalition avec le gouvernement. Sur Public Sénat, il évoque « une coopération inédite pour un gouvernement qui n’a pas respecté le Parlement » lors du précédent quinquennat.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

« Là, ils vont être obligés de nous écouter », affirme le président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale. Invité de « Audition publique », Olivier Marleix prend acte des nouveaux équilibres de l’Assemblée nationale qui n’offrent qu’une majorité relative au gouvernement.

Si le député d’Eure-et-Loir rejette la coalition proposée par le chef de l’Etat, il entend peser et « offrir une alternative républicaine », « une opposition d’intérêt général ».

« On est dans une situation très inédite qui va obliger une coopération entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif »

Le chef de file du groupe LR à l’Assemblée nationale sera reçu par la Première ministre, demain. « On va continuer à parler de la méthode, indique Olivier Marleix. On est dans une situation très inédite qui va obliger une coopération entre le pouvoir exécutif et le pouvoir législatif. Une coopération inédite pour cet exécutif qui a assez peu respecté le Parlement ces cinq dernières années. »

Le député a bien conscience que la nouvelle configuration de l’hémicycle offre une position stratégique au groupe LR. « Les Républicains apparaissent comme une alternative à part entière », assure-t-il. En marge du G7, Emmanuel Macron rappelait encore hier que, pour lui, LFI et le RN n’étaient pas républicains.

Lire aussi. On vous explique pourquoi la droite sénatoriale apparaît comme l’une des grandes gagnantes des législatives

Concrètement, Olivier Marleix se dit prêt à approuver un texte « s’il nous convient, si le gouvernement nous a suffisamment entendus » ou de « s’abstenir avec le risque pour le gouvernement que son texte ne passe pas ». Le chef de file LR explique également que son groupe aura la possibilité « de demander au gouvernement de prendre un texte déjà voté par la majorité sénatoriale » en cas de tractations sur l’avancée d’une réforme.

Fort de cette démarche constructive, le député LR annonce d’ores et déjà qu’il ne compte pas déposer de motion de censure à l’issue du discours de politique générale d’Élisabeth Borne. « Censurer un gouvernement qui vient d’être nommé avant même qu’on ne connaisse sa feuille de route ne paraît pas responsable », affirme Olivier Marleix.

Commission des finances : Marleix critique le choix de la Nupes

A l’agenda, un autre dossier devrait occuper le groupe LR à l’Assemblée nationale. Il s’agit de la présidence de la commission des finances qui aura lieu le jeudi 30 juin. Cette commission revient traditionnellement au premier parti d’opposition qui se trouve être le Rassemblement national. Mais la coalition de gauche a, elle, présenté la candidature d’Éric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis. Le président du Sénat avait estimé que la présidence très stratégique de la commission des finances de l’Assemblée nationale devrait revenir à un élu RN (lire notre article).

« La Nupes aurait pu faire un choix un peu plus consensuel en présentant Valérie Rabault (députée socialiste), femme extrêmement estimée », juge Olivier Marleix. Pour lui, la candidature de l’insoumis est « polémique » et amènera à un « choix un peu plus cornélien pour les membres de la commission ». Le groupe LR devrait jouer le juge de paix dans cette élection puisque la majorité ne compte prendre part au vote comme il en est d’usage.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le