L’improbable destitution du président américain

L’improbable destitution du président américain

Un mois après son limogeage controversé, l’heure est aux explications pour l’ex-directeur du FBI James Comey, auditionné par le Sénat jeudi 8 juin. D’après ces déclarations, Donald Trump l’aurait incité à clore l’enquête sur les ingérences russes pendant la campagne présidentielle américaine de 2016. Nouvel épisode de tensions entre le FBI et la présidence, ces accusations pourraient déboucher sur une procédure d’impeachment à l’encontre du président américain pour entrave à la justice. Un procédé long et compliqué auquel ont déjà échappé, parfois de justesse, d’autres présidents avant lui.
Public Sénat

Par Béatrix Moreau

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

1953 : quand le chasseur de communistes s’attaque à l’ancien président Truman

1953, J. Edgar Hoover, à la tête du FBI depuis 29 ans, s’impose une nouvelle fois comme le fer de lance de la lutte anticommuniste aux États-Unis. Devant les membres du Comité d’enquête, il accuse l’ancien président Harry Truman d’avoir favorisé le haut fonctionnaire Harry Dexter White alors qu’il avait été mis au courant de ses convictions communistes. C’est la première fois qu’un ancien président est dénoncé ainsi publiquement.

hoover-jedgar-loc.jpg
J. Edgar Hoover, directeur du FBI de 1935 à 1972

 

 

« Hoover était quelqu’un d’extrêmement radical dans son anticommunisme et en faisait une utilisation très politique », explique l’historien Pierre Gervais, « la mise en cause du président Truman était en fait celle des Démocrates ». L’affaire reste sans suite.

L'Info dans le Rétro- Déjà en 1953, le patron du FBI défiait le président américain
01:44

 

1972 : La démission avant la destitution

Richard Nixon, lui, ne s’est pas relevé de l’affaire du Watergate. Réélu en 1972, le président républicain est soupçonné d’avoir espionné l’immeuble du parti Démocrate pendant la campagne. « On a montré qu’il y avait eu des cambriolages et des écoutes qui pouvaient être compromettantes pour Nixon » rappelle l’historien Denis Lacorne « mais ce qui a vraiment choqué c’était le cover-up, la tentative de couvrir l’affaire ». Lorsque celle-ci prend une tournure judiciaire, Richard Nixon, se sentant menacée de destitution, préfère démissionner en 1974.
Cet épisode marque une victoire pour la liberté de la presse et pour les journalistes d’investigation. Deux d’entre eux, Bob Woodward et Carl Bernstein, s’illustrent particulièrement par leurs enquêtes publiées dans Washington Post, aidés par une mystérieuse source surnommée « Gorge Profonde ». Ce précieux informateur n’est d’autre que Mark Felt, n°2 du FBI, dont l’identité n’est révélée qu’en 2005. « Le FBI n’est pas une organisation monolithique, vous avez des gens de convictions politiques diverses » analyse Pierre Gervais « Mark Felt était probablement un républicain traditionnel estimant que les activités de police parallèles de Nixon mettaient en danger la démocratie américaine ».

markfelt.jpg
Mark Felt, alias "Gorge Profonde"

 

1998 : l’affaire Lewinsky, un prétexte pour destituer Clinton

Une histoire d’adultère peut-elle conduire à renverser le gouvernement ? C’est en tout cas ce qu’espéraient les détracteurs de Bill Clinton lorsqu’éclate l’affaire Lewinsky. Un prétexte pour l’historien Pierre Gervais « l’opération contre Clinton a été financée par les milieux d’extrême droite américains, après de multiples tentatives pour destituer le président démocrate, c’est finalement un mensonge maladroit dans une procédure civile de harcèlement sexuel (NDLR : sur une jeune stagiaire de la Maison Blanche) qui a servi de prétexte ». En effet, « si vous mentez devant un grand jury, cela constitue un délit d’entrave à la justice » abonde Denis Lacorne. Plus que son adultère c’est donc ce parjure qui lui a été reproché, selon « la vieille notion américaine jugeant que personne, pas même le Président, n’est au-dessus des lois » ajoute l’historien.  La procédure d’impeachment est ainsi engagée contre Bill Clinton, un scénario inédit depuis celle menée contre le Président Andrew Johnson, en 1868, mais disposant de la majorité au Sénat, le président n’est finalement pas destitué.

 

La procédure de destitution n’a pour l’instant jamais abouti aux États-Unis. Celle, peu probable de Donald Trump constituerait donc une première dans l’Histoire américaine.

 

 

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le