La Cour suprême américaine révoque le droit à l’avortement : « une catastrophe pour les droits des femmes », selon Laurence Rossignol

La Cour suprême américaine révoque le droit à l’avortement : « une catastrophe pour les droits des femmes », selon Laurence Rossignol

C’est un revirement inédit dans l’histoire américaine. La Cour suprême a annulé ce vendredi 24 juin l’arrêt Roe v. Wade, qui protégeait constitutionnellement le droit à l’avortement depuis 50 ans. Cette décision laisse à chaque Etat américain la possibilité d’interdire ou non l’IVG.
Public Sénat

Par Louis Dubar

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

C’est une décision qui était attendue. En mai 2022, le site d’information Politico avait révélé sur son site internet un projet de la Cour Suprême visant à annuler l’arrêt Roe v. Wade. Cet arrêt de 1973 de la Cour Suprême inscrivait le droit à l’avortement dans la Constitution américaine. Un projet qui est désormais réalité depuis le vendredi 24 juin, la plus haute juridiction américaine a officiellement révoqué l’arrêt Roe v. Wade.

« Des gens vont mourir à cause de cette décision », explique Alexandria Ocasio Cortez

Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des Représentants, a pris la parole pour commenter cette décision historique. « Aujourd’hui, la Cour suprême, contrôlée par les Républicains, a atteint l’objectif sombre et extrême de priver les femmes de leur droit de prendre leurs propres décisions en matière de santé reproductive. » L’ancien président Barack Obama a également réagi sur Twitter. « Aujourd’hui, la Cour suprême n’a pas seulement renversé près de 50 ans de jurisprudence mais a relégué la décision la plus personnelle au bon vouloir des politiciens et des idéologues. » Selon l’ancien sénateur, cette décision était attendue « depuis plus d’un mois, nous savions que ce jour allait arriver – mais cela ne le rend pas moins dévastateur. » L’élue de New York, Alexandria Ocazio Cortez, a expliqué que « des gens vont mourir à cause de cette décision. Et nous ne nous arrêterons jamais jusqu’à ce que le droit à l’avortement soit rétabli aux Etats-Unis d’Amérique. »

« Un nouveau départ pour la vie », selon le sénateur républicain Ted Cruz,

De l’autre côté de l’échiquier politique, l’ancien vice-président Mike Pence s’est félicité de la révocation de l’arrêt Roe vs Wade : « Aujourd’hui, la vie a gagné. En annulant l’arrêt Roe v. Wade, la Cour suprême des Etats-Unis a donné au peuple américain, un nouveau départ pour la vie, et je félicite les juges de la majorité d’avoir eu le courage de leurs convictions. » Pour le sénateur républicain texan, Ted Cruz, cette annulation de l’arrêt Roe v. Wade « n’est rien de moins qu’une victoire massive pour la vie, et elle sauvera la vie de millions de bébés innocents. »

Pour Laurence Rossignol, « Donald Trump a laissé une bombe à retardement »

Pour la sénatrice de l’Oise, Laurence Rossignol, le passage de Donald Trump à la Maison Blanche aura laissé des traces : « c’est une catastrophe pour le droit des femmes qui a été préparée de longue date à l’occasion du renouvellement des juges de la Cour suprême. » En quatre ans de mandat Trump, un tiers des neuf juges a été renouvelé, faisant ainsi basculer l’institution dans le camp conservateur. Ce changement dans la composition des magistrats est « à l’origine de ce revirement de jurisprudence. » Cette décision aura des répercussions immédiates sur la société américaine. « Il ne faut pas oublier de dire que la criminalisation de l’avortement ne met pas fin à la pratique de l’avortement, bien au contraire. Les femmes continuent de recourir à l’avortement dans des conditions encore plus difficiles et dans la clandestinité. »

>> Lire notre article Droit à l’avortement menacé : « Les Etats-Unis sont ramenés au Moyen-Âge », alerte Nicole Bacharan

Par cette décision, la Cour suprême laisse donc le choix à chaque Etat d’autoriser ou non les IVG sur son territoire. L’annulation de l’arrêt Roe vs Wade « contribuera à accentuer les inégalités socio-économiques, certains Etats riches comme la Californie, l’Etat de New York ou le Connecticut ont un cadre légal protégeant l’IVG. Tandis que certains Etats, majoritairement du Sud, guettent cette décision pour suspendre l’avortement. » Selon le Guttmacher Institute, institut de recherche nord-américain spécialisé sur les questions de santé publique et les pratiques médicales, 26 Etats américains sur 50 sont certains ou susceptibles d’interdire l’avortement. Le Texas, la Louisiane, le Kentucky, le Mississippi, la Floride, le Nevada ou le Michigan seraient susceptibles de faire évoluer le cadre légal. Quelques heures après l’annonce de la décision de la Cour suprême, le procureur général du Missouri (républicain) Eric Schmitt a annoncé la fin de l’avortement dans cet Etat rural du Midwest. « Le Missouri vient devenir le premier Etat à mettre effectivement fin à l’avortement. C’est un jour monumental pour le caractère sacré de la vie », précise le dirigeant politique sur Twitter.

 

 

 

 

Dans la même thématique

Centrale Nucleaire de Nogent sur Seine, France
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l'écologie ? 

Derrière le pouvoir d’achat, la sécurité, l’immigration ou encore l’international, l’écologie se retrouve reléguée parmi les sujets les moins mis en avant par les différents candidats aux législatives, ce qui n’empêche pas des divergences très profondes entre les trois principales coalitions en campagne 

Le