La défaite de Valls, “petit plaisir” de Poutou (NPA)

La défaite de Valls, “petit plaisir” de Poutou (NPA)

Le candidat à la présidentielle du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Philippe Poutou s'est réjoui lundi de la défaite de Manuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le candidat à la présidentielle du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) Philippe Poutou s'est réjoui lundi de la défaite de Manuel Valls à la primaire socialiste élargie, "un petit plaisir", tout en refusant de voir en Benoît Hamon une "solution" pour la gauche.

La défaite de Manuel Valls, "c'est le petit plaisir qu'on ne va pas bouder. Il symbolise toute la politique anti-sociale très dure de ces dernières années", a déclaré M. Poutou lors d'une conférence de presse.

"Mais pour nous, Benoît Hamon n'est pas une solution. Il s'est démarqué comme il a pu du bilan de François Hollande, mais en réalité il va être le porte-parole du Parti socialiste et devra assumer certains aspects" du quinquennat qui s'achève, a-t-il précisé.

Le PS "nous a fait croire que c'est lui qui nous sauverait de la droite et malheureusement c'est lui qui, à chaque fois, permet le retour de la droite et le développement de la droite à force de trahir et de tromper", a ensuite fustigé l'ex-candidat à l'élection présidentielle en 2012 (1,15% au premier tour), réfutant toute idée de ralliement visant à construire la "majorité gouvernementale" recherchée par M. Hamon.

Malgré quelques propositions communes (partage du travail, réduction du temps de travail, augmentation des salaires, etc), le leader du NPA a dénoncé l'"indécence" du point clé du programme de M. Hamon, le revenu universel.

"On est tout à fait preneur du débat sur le revenu universel, mais la question est de savoir de quoi on parle: à quel niveau et payé comment? (...) On considère déjà que le Smic, c'est pas assez. Est-qu'on peut vivre avec 700 euros?", a abondé la porte-parole du parti, Christine Poupin, en proposant de lutter en priorité contre la "fraude fiscale, l'évasion fiscale", les "cadeaux aux entreprises" et le "racisme".

M. Poutou a indiqué par ailleurs qu'il avait jusqu'à présent recueilli la moitié des 500 parrainages qu'il lui faudra réunir pour disputer la présidentielle du 23 avril.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Côté majorité, on se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », mais rien n'est tranché.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le