«La droite républicaine et le centre ont été siphonnés par En marche», analyse Hervé Marseille

«La droite républicaine et le centre ont été siphonnés par En marche», analyse Hervé Marseille

Le président du groupe Union centriste au Sénat appelle les familles politiques de la droite et du centre à « trouver une ligne qui rassemble », sous peine de disparaître.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’espace politique s’est considérablement réduit dans les élections européennes pour les deux partis qui forment la majorité du Sénat. Les Républicains se sont effondrés à 8,48 %, quand l’UDI de Jean-Christophe Lagarde n’a pas réuni plus de 2,5 % des voix. Loin des 9,94 % atteints en 2014, mais c’était avec le MoDem, parti dans le scrutin de 2019 aux côtés de La République en marche.

Le sénateur Hervé Marseille, patron du groupe Union centriste au Sénat, réunissant principalement des parlementaires UDI, mais aussi quelques MoDem, considère qu’Emmanuel Macron « a dramatisé les enjeux de ce scrutin ». « Il a voulu faire un challenge avec le Rassemblement national. Mission accomplie. Ça lui a été fatal aussi, puisque c’est le Rassemblement national, malheureusement, qui est arrivé en tête ! »

« Il faut refonder, sinon on court à la disparition »

Le sénateur résume : « Toutes les autres formations ont été inaudibles. Elles se sont faites siphonner littéralement par En Marche ».

Allié de longue date aux Républicains, ce cadre de l’UDI met en cause les choix idéologiques et stratégiques de Laurent Wauquiez et appelle à « trouver une ligne politique qui rassemble ». « C’est à l’évidence, comme le dit le président Larcher, un échec, et il faut absolument en tenir compte […] Il faut refonder le centre droit la droite républicaine et le centre, sinon on court à la disparition. »

Dans la même thématique

«La droite républicaine et le centre ont été siphonnés par En marche», analyse Hervé Marseille
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

«La droite républicaine et le centre ont été siphonnés par En marche», analyse Hervé Marseille
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le