La femme de Robert Ménard en campagne sur des terres du FN

La femme de Robert Ménard en campagne sur des terres du FN

Face à un sortant appartenant à l'aile dure des Républicains (LR), Emmanuelle Ménard (FN) brigue le siège de député de la 6e circonscription de...
Public Sénat

Par Isabelle LIGNER

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Face à un sortant appartenant à l'aile dure des Républicains (LR), Emmanuelle Ménard (FN) brigue le siège de député de la 6e circonscription de l'Hérault, sur des terres favorables au Front national, comprenant notamment Béziers, dont son époux est le maire.

Le 10 mai, l'annonce de la candidature de l'épouse de Robert Ménard, dans la circonscription centrée autour de la seconde ville de l'Hérault que l'ex-président de Reporters sans frontières (RSF) a conquise en 2014 à la faveur d'une triangulaire avec le soutien du FN, est venue confirmer une rumeur qui courait depuis plusieurs mois.

Soutenue notamment par le FN et Debout la France (DLF), Mme Duverger est juriste de formation reconvertie dans le journalisme - elle est directrice du site très à droite Boulevard Voltaire. Elle a pris le nom de son époux à l'occasion de cette entrée en politique décidée selon elle "pendant la présidentielle". "Je ne veux pas me cacher et je suis fière de ce nom", a-t-elle expliqué à l'AFP, assurant vouloir, si elle est élue députée, "continuer l'action et la politique" de Robert Ménard.

Le maire de Béziers est coutumier de polémiques, qui se terminent souvent devant les tribunaux, notamment sur l'immigration, la guerre d'Algérie ou la sécurité. Le couple Ménard a par ailleurs cherché à travers diverses initiatives à fédérer la droite dite "hors les murs".

Mme Ménard récuse à la fois une réputation de "femme de l'ombre" et les accusations de népotisme, soulignant qu'elle ne sera "pas nommée" députée mais qu'elle se "soumet au suffrage universel".

Cette élection "résonne comme un référendum pour ou contre le maire de la ville-centre, à mi-mandat", relève pour sa part le politologue Emmanuel Négrier. Cette circonscription, historiquement marquée par la viticulture, centrée autour d'une ville frappée par une grande pauvreté, de fortes inégalités et une zone périurbaine nageant dans le "désarroi pavillonnaire", est "un des +spots+ nationaux" pour le FN, souligne-t-il.

- 14 candidats en lice -

Marine Le Pen y a obtenu 34% au premier tour de la présidentielle, marquée par un taux d'abstention de 21,9%. Toutes les communes de la circonscription --sauf Béziers-- l'ont placée en tête également au second tour, avec des scores compris entre 55 et 60% pour celles de la première couronne (Sauvian, Lignan, Lieuran, Villeneuve-les-Béziers).

Emmanuelle Ménard en campagne à Béziers, dans le sud de la France, le 2 juin 2017
Emmanuelle Ménard en campagne à Béziers, dans le sud de la France, le 2 juin 2017
AFP

Se présentant comme un député qui "ouvre des portes pour sa circonscription", le sortant LR Elie Aboud, élu fin 2012 lors d'une partielle après avoir contesté la courte victoire socialiste dans une triangulaire incluant le FN, a qualifié la candidature de Mme Ménard de "non-évènement". "Dans la politique française, il y a d'autres exemples de +Monsieur Madame+ comme Monsieur, Madame Balkany (LR) ou Monsieur, Madame Mégret" (Mouvement national républicain), a-t-il ironisé.

Mais le député LR aura notamment "du mal à bénéficier, dans le cas d’un duel, d’un désistement républicain, alors qu’il est régulièrement accusé par la gauche locale --ultra divisée et faible-- d’une trop grande proximité avec les thèses du FN", analyse le chercheur en sciences politiques.

Alors que Jean-Luc Mélenchon est arrivé deuxième dans la circonscription au premier tour de la présidentielle avec 19,1%, devant François Fillon (18,2%) et Emmanuel Macron (17%), les soutiens du leader de la France Insoumise partent divisés pour les législatives. David Garcia (La France insoumise) et Nicolas Cossange (PCF) se sont notamment succédé pour faire campagne dans le quartier défavorisé de la Devèze à Béziers cette semaine.

De son côté, le magistrat Antonio Fulleda entend défendre les couleurs du Parti socialiste dans une circonscription dans laquelle Benoît Hamon a recueilli 4,3%, soit à peine plus que Nicolas Dupont-Aignan (3,7%).

Parmi les 14 candidats en lice figure également Isabelle Voyer, investie par la République en marche (REM). Cette géologue, et consultante en développement durable, peu connue localement, mise essentiellement sur la dynamique macroniste au niveau national.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le