« La France est au bord de la guerre civile » selon Fabien Roussel

« La France est au bord de la guerre civile » selon Fabien Roussel

Invité de l’émission « Audition publique » sur Public Sénat et LCP, le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel se montre très critique envers les nouvelles annonces du gouvernement pour répondre aux violences dans les manifestations des gilets jaunes.
Public Sénat

Par Yann Quercia

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Mis en cause après les nouvelles violences, samedi, lors de la dernière journée de mobilisation des gilets jaunes, le gouvernement met sur la table ses nouvelles mesures. Edouard Philippe annonce la possibilité d’interdire les manifestations sur les Champs-Elysées et d’autres zones sensibles dans différentes villes de France. Les drones et produits marquants renforceront l’attirail des forces de l’ordre.

Emmanuel Macron déclare ce soir : « On a des gens qui ne savent pas pourquoi ils sont dehors à part pour détruire. » Fabien Roussel réagit et minimise le nombre de casseurs : « Il y a surtout depuis 18 semaines des Français qui réclament des mesures pour le pouvoir d’achat. Il y a une infime minorité de casseurs qui viennent dans les manifestations, pourrir les manifestations (…) Oui je remets en cause ces chiffres. »

Le secrétaire national du PCF accuse la stratégie de maintien de l’ordre du gouvernement : « Il y a une stratégie qui est faite par le ministre de l’Intérieur, dans la chaîne de commandement. Ils ont fait un choix depuis 18 semaines qui est celui de la nasse, de l’encerclement. Ensuite ça cartonne. Parmi ces gens, il y a une infime minorité de casseurs et les gens qui veulent manifester. »

Est-ce qu’il y a une mise en scène volontaire de la violence par le gouvernement ? Fabien Roussel s’interroge sur les dysfonctionnements et sur la stratégie menée à Bordeaux par le préfet Didier Lallement, qui va remplacer Michel Delpuech évincé après les incidents de samedi : « On peut s’interroger sur les dysfonctionnements. Est-ce que le préfet est incompétent ? Le préfet Lallement, qu’ils vont nommer à la place n’a pas fait preuve de meilleurs résultats. Sa fermeté a pu conduire à une forme escalade de la violence. »

Fabien Roussel estime que les annonces du gouvernement ne sont que des réponses sécuritaires et met en garde contre une guerre civile : « La réponse de ce gouvernement est non seulement sécuritaire mais va augmenter d’un cran la sécurité, la répression. Le Premier ministre a dit qu’il faut aller au contact et les plus violents vont aussi aller au contact (…) Il va y avoir des blessés, des morts. La France est au bord de la guerre civile. C’est l’escalade de la violence. Je n’appelle pas à l’insurrection mais à ce que le gouvernement apporte des réponses politiques. »

Faut-il cesser les manifestations ? : « J’appelle à ce qu’on ait le droit de manifester quand on veut manifester pacifiquement. Je réclame le droit à manifester en sécurité » conclut Fabien Roussel.

« La France est au bord de la guerre civile » selon Fabien Roussel
01:55

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le