La Haute Autorité des primaires “déplore” le soutien de Rugy à Macron

La Haute Autorité des primaires “déplore” le soutien de Rugy à Macron

La Haute Autorité des primaires citoyennes (HAPC) "déplore" dans un communiqué jeudi le soutien de François de Rugy à Emmanuel...
Public Sénat

Temps de lecture :

1 min

Publié le

La Haute Autorité des primaires citoyennes (HAPC) "déplore" dans un communiqué jeudi le soutien de François de Rugy à Emmanuel Macron, fustigeant un revirement "inédit" dans une primaire et une attitude "contraire au principe de loyauté".

"La Haute Autorité constate qu'un tel revirement est inédit dans une primaire, et déplore cette attitude contraire au principe de loyauté et à l'esprit même des primaires dont l'engagement principal consiste à soutenir le candidat sorti vainqueur", écrit-elle.

Le fondateur du Parti écologiste, qui avait obtenu 3,82% des voix au premier tour de la primaire de le Belle Alliance populaire, a annoncé mercredi son soutien à la candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle, plutôt qu'à celle de Benoît Hamon, vainqueur du scrutin.

"Je préfère la cohérence à l'obéissance", a notamment expliqué le député de Loire-Atlantique.

Dans la même thématique

La Haute Autorité des primaires “déplore” le soutien de Rugy à Macron
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le