« La montée du RN, ce n’est pas la faute d’Edouard Philippe ou d’Emmanuel Macron » déclare Fabienne Keller

« La montée du RN, ce n’est pas la faute d’Edouard Philippe ou d’Emmanuel Macron » déclare Fabienne Keller

Invitée de l’émission Territoire d’Infos sur Public Sénat et les Indés Radios, Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, 7e sur la liste Renaissance pour les élections européennes, estime qu’une victoire du Rassemblement National n’aurait pas d’impact national et notamment sur Edouard Philippe.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

A 3 jours des élections européennes, c’est le Rassemblement national qui fait toujours la course en tête dans les sondages. Du côté du parti de la majorité présidentielle, on veut toujours croire qu’une victoire est possible : « Je forme le vœu que nous arrivions en tête car ce serait un signal fort pour une Europe constructive » réagit ce matin Fabienne Keller. Elle ajoute : « Si ça n’était pas le cas, ce serait comme le coup d’avant. En 2014 le FN était largement en tête avec élus. »

L’ancienne maire de Strasbourg ne croit pas à une démission d’Edouard Philippe si la liste Renaissance arrivait deuxième dimanche soir : « Je ne crois pas qu’il y aura des conséquences nationales mais il y aura des conséquences européennes. La France est un pilier de l’Europe, les autres Etats membres nous respectent et nous admirent.

A la question de savoir si Emmanuel Macron devra changer de cap en cas d’échec à ces élections, Fabienne Keller répond : « Je suis frappée par les montées des populismes dans tous les pays d’Europe. La montée du RN, ce n’est pas forcément la faute d’Edouard Philippe ou d’Emmanuel Macron. »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le