« La présidentielle est obligatoirement un zapping »

« La présidentielle est obligatoirement un zapping »

En moins d’une semaine on a vu un Président renoncer à se représenter, et la démission de son premier ministre Manuel Valls devenu candidat. Faut-il quitter ses fonctions pour être candidat et avoir des chances d’être élu ? Les premiers Ministres sont-ils condamnés à se présenter et à échouer ? Fabrice d’Almeida pose la question à ses invités, Ariane Chemin, grand reporter au Monde, Jean-Paul Huchon directeur de cabinet de Michel Rocard de 1981 à 1985, et Michel Winock historien.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’image est restée célèbre. A la tribune ce 21 avril 2002, Lionel Jospin annonce qu’il quitte la via politique après son échec au premier tour de l’élection présidentielle. Mais, 15 ans après ce reportage de France 2 tourné avant le premier tour est plus cruel encore. On y voit le premier ministre candidat évoquer le second tour et la dynamique qui se créera, veut il croire, ensuite. « C’est ce qui se passe après, qui est important (…) après le premier tour il y aura une dynamique »

Lionel Jospin en 2002, Jacques Chaban Delmas en 1974, Edouard Balladur en 1995, la liste des premiers ministres candidats battus à l’élection présidentielle est longue. Au point que certains parlent de la malédiction de premiers ministres. Jean-Paul Huchon compagnon de route de Lionel Jospin, raconte qu’avec quelques-uns, ils avaient dit à leur candidat de ne pas rester premier Ministre : « Il y avait un épuisement de notre électorat, on avait perdu les municipales en 2001. Lionel Jospin aurait du y réfléchir et prendre d’autres dispositions que de rester premier Ministre. Au fond l’élection présidentielle se joue sur le changement ».

Le cas emblématique d'Edouard Balladur 

Pour Ariane Chemin, le cas le plus emblématique reste celui d’Edouard Balladur. Pour la grand reporter au Monde l’annonce de la candidature d’Edouard Balladur résume à elle seule la difficulté pour un premier Ministre sortant de remporter l’élection présidentielle. « Au fond ce qui est intéressant c’est la déclaration de candidature de Edouard Balladur, il se déclare candidat à Matignon, et il dit au fond « je sais tenir les rênes de la France » et en même temps il est un candidat empesé, rattrapé par le passif. Comment peut-on être candidat quand on a un bilan que les Français n’approuvent pas ? Cette contradiction est résumée en une image ». 

« Je crois en effet qu’il faut s’éloigner du pouvoir »

« Je crois en effet qu’il faut s’éloigner du pouvoir » pour y revenir c’est ce qu’a fait Pompidou on l’a oublié » note Jean-Paul Huchon avant de conclure : « La mode est à « sortez les sortants » et on est entré, comme le dit Alain Duhamel, dans une ère où la présidentielle est obligatoirement un zapping ».
 

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

« La présidentielle est obligatoirement un zapping »
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le