La proposition de Macron qui consiste à financer la protection sociale par l’impôt est-elle anticonstitutionnelle ?

La proposition de Macron qui consiste à financer la protection sociale par l’impôt est-elle anticonstitutionnelle ?

Pour l’économiste à l’OFCE, Henri Sterdyniak, la proposition d’Emmanuel Macron, qui consiste à financer la protection sociale par une augmentation de la CSG, est inconstitutionnelle.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Ce vendredi, invité Public Sénat et Sud Radio, le candidat d’ « En Marche ! » a une nouvelle fois exposé sa proposition phare qui fera de lui « le président du travail ». « J’augmente la CSG d’ 1,7 point en préservant de cette augmentation les retraites les plus modestes. 40% des retraités ne seront pas touchés. Je garantis tout au long de ce quinquennat le pouvoir d’achat de ces retraités (…) et je préserve les chômeurs de cet effort » a-t-il détaillé. Mais Emmanuel Macron l’assure, le pouvoir d’achat augmentera car le salaire net des Français sera plus élevé grâce à la suppression des cotisations maladie et les cotisations chômage payées par les salariés et les indépendants.

Emmanuel Macron : "J’augmente la CSG d’1,7 point"
02:59

Henri Sterdyniak directeur du département Économie de la mondialisation à l'OFCE a douché quelque peu l’enthousiasme d’Emmanuel Macron. « La mesure est anticonstitutionnelle. Elle ne se fera pas. Le Conseil Constitutionnel a dit clairement qu’on ne pouvait pas supprimer des cotisations salariés qui financent des prestations qui ne bénéficient qu’aux salariés. On ne peut pas faire payer les retraités pour des prestations chômage dont ils ne bénéficient jamais » a-t-il objecté (voir la vidéo de Mounir Soussi). Henri Sterdyniak fait référence à une décision du 6 août 2014, qui censure certaines dispositions concernant la baisse dégressive des cotisations des salariés dans le cadre du pacte de responsabilité. Dans ses motifs, le Conseil estime que le projet de loi méconnait « le principe d’égalité devant les charges publiques ». Le gouvernement, dont ne faisait pas encore partie Emmanuel Macron, souhaitait à l’époque redonner du pouvoir d’achat aux salariés les plus modestes en baissant dégressivement leurs cotisations vieillesse et maladie à hauteur d’environ 500 euros par an pour un emploi à temps plein au Smic. Les Sages ont estimé que le projet de loi impliquait un fonctionnement inconstitutionnel car alors « un même régime de sécurité sociale continuerait (...) à financer, pour l'ensemble de ses assurés, les mêmes prestations malgré l'absence de versement, par près d'un tiers de ceux-ci, de la totalité des cotisations salariales ».

Augmenter la CSG pour financer la protection sociale est anticonstitutionnelle, selon Henri Sterdyniak
00:33

Emmanuel Macron ne cache pas non plus sa volonté de nationalisé l’UNEDIC, estimant « qu’il n’y a rien de pire qu’un système où celui qui décide n’est pas celui qui paie » (voir notre article). Mais pour Henri Sterdyniak cela remettrait en cause le principe de l’assurance sociale. Si demain l’impôt finance l’assurance chômage, « le risque c’est d’avoir des prestations chômage uniformes et à un niveau beaucoup plus faible » estime-t-il (voir la vidéo de Mounir Soussi)

 

Si on nationalise l'UNEDIC, "le risque serait d'avoir des prestations chômage d'un niveau beaucoup plus faible" : Henri Sterdyniak
01:19

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le