La réforme des institutions doit permettre d’être plus « efficace » selon Castaner

La réforme des institutions doit permettre d’être plus « efficace » selon Castaner

Christophe Castaner était interrogé au micro de Public Sénat en amont des questions d’actualité au gouvernement. Selon lui, « l’obstruction parlementaire, n’est pas toujours la meilleure façon de faire la loi »
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les sénateurs craignent un affaiblissement du Parlement. Christophe Castaner, secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, assure que le but du gouvernement n’est pas d’impacter l’équilibre des pouvoirs législatif et exécutif, mais d’être plus « efficace ». « On sait aujourd’hui que le florilège d’amendements qui peuvent contribuer (…) à faire de l’obstruction parlementaire, n’est pas toujours la meilleure façon de faire la loi » explique-t-il.

Autre sujet abordé, la déconnexion du gouvernement avec les territoires. Une opération doit être lancée jeudi, pendant laquelle de nombreux ministres se rendront dans les territoires. Une opération de « reconquête » ?

« Si vous pensez que la croyance dans la relégation des territoires ruraux en particulier, date d’il y a quelques mois, à l’arrivée de ce gouvernement, je pense que vous vous trompez » réplique Christophe Castaner.

« Je suis un élu de la ruralité » déclare le secrétaire d’État, avant d’illustrer son propos pour montrer l’engagement de l’État : « Je sais la difficulté des zones blanches, du non-accès à l’internet ». Christophe Castaner annonce que l’exécutif mobilisera « 3 milliards d’euros » pour que la totalité des zones blanches et grises (les plus mal servies en matière de téléphonie mobile), soit traitée et neutralisée d’ici 2020. Pour lui, cela montre un changement « d’esprit ».

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le