La sénatrice Françoise Cartron quitte le groupe socialiste pour rejoindre LREM

La sénatrice Françoise Cartron quitte le groupe socialiste pour rejoindre LREM

L’ancienne vice-présidente du Sénat, Françoise Cartron, quitte le groupe socialiste du Sénat pour rejoindre les bancs de la majorité.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le mercato des sénateurs socialistes continue. Après les départs de Didier Guillaume et Jean-Yves Roux pour le groupe RDSE, c’est au tour de Françoise Cartron de changer de bancs. Mais pour l’ancienne vice-présidente du Sénat, ce sera ceux de la majorité. Une décision « réfléchie mais difficile, car on ne quitte pas une famille facilement ».

« Je n’ai pas pu voter contre la réforme ferroviaire »

Ce mardi, à l’occasion de la réunion de groupe des socialistes au Sénat, le comportement de la sénatrice de la Gironde a été jugé « incompatible avec la discipline de groupe ». Une nécessaire « solidarité » au sein du groupe qu’elle conçoit et qu’elle a longtemps respectée : « Depuis la rentrée, je n’étais pas toujours d’accord avec les lignes du PS mais par loyauté, j’ai voté ». Jusqu’au point de rupture : « Je n’ai pas pu voter contre la réforme ferroviaire. »

Une « liberté d’expression et de vote ».

Au sein du groupe LREM dont elle fait désormais partie, la sénatrice assure qu’elle aura une « liberté d’expression et de vote ».

La vice-présidente de la délégation aux droits des femmes, est entrée au Sénat en 2008. Elle est également membre de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable.

Le groupe LREM au Sénat compte désormais 22 membres, contre 75 pour le groupe socialiste et républicain.

Dans la même thématique

La sénatrice Françoise Cartron quitte le groupe socialiste pour rejoindre LREM
3min

Politique

Crise agricole : « 80% des engagements sont tenus ou en passe d’être tenus », affirme Gabriel Attal

Interrogé par François Patriat, président du groupe RDPI (majorité présidentielle) au Sénat sur la crise agricole, le Premier Ministre a reconnu une situation difficile pour les agriculteurs français, déplorant « un malaise, une détresse, une exaspération qui vient de loin », tout en se réjouissant de la réponse apportée par le gouvernement à travers les 62 engagements promis lors de sa conférence de presse début février.

Le