« La souveraineté de l’Ukraine sur l’ensemble de son territoire n’est pas négociable », martèle Gérard Larcher devant le président de la Rada

« La souveraineté de l’Ukraine sur l’ensemble de son territoire n’est pas négociable », martèle Gérard Larcher devant le président de la Rada

Avant un discours du président de la Rada, le parlement ukrainien, ce mercredi au Sénat, Gérard Larcher a réitéré le « vœu » que la France « continue d’apporter une contribution substantielle » à la défense de l’Ukraine. D’après le président du Sénat, le but doit être la victoire de l’Ukraine et la restitution de l’ensemble de son territoire, y compris la Crimée et le Donbass.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La semaine dernière, après la décision de plusieurs pays européens de fournir des chars lourds à l’Ukraine, l’éventuel envoi de chars Leclerc français avait été débattu au Sénat, notamment lors des questions d’actualité au gouvernement. « Par définition, la victoire nécessite une escalade », avait asséné le président du groupe Les Indépendants, Claude Malhuret. « Nous formons le vœu que la France, dans le cadre d’une aide militaire concertée et cohérente avec ses partenaires, continue d’apporter une contribution substantielle à votre système de défense », explique une semaine plus tard Gérard Larcher.

« L’Ukraine doit non seulement être en capacité de résister mais aussi de prendre l’avantage stratégique. Nous devons l’y aider ! »

« Risque d’escalade dira-t-on ? », s’interroge le président du Sénat. « Ces craintes sont légitimes. Mais quelle est l’alternative laissée par la Russie ? » Ainsi, « la souveraineté de l’Ukraine sur l’ensemble de son territoire n’est pas négociable », d’après Gérard Larcher. « La Crimée ou le Donbass n’ont pas vocation à devenir l’Alsace-Lorraine de demain », a-t-il martelé.

Le Président du Sénat d’ajouter : « La France et l’Union européenne, à la différence de l’Ukraine, ne sont pas en guerre contre la Russie. Mais les autorités russes ont bel et bien désigné comme leur adversaire « l’Occident », pour reprendre leur propre terme. Dans ces circonstances, l’Ukraine doit non seulement être en capacité de résister mais aussi de prendre l’avantage stratégique. Nous devons l’y aider ! »

« Peut-on se figurer un parlement réuni régulièrement, sous la menace permanente des alertes à l’approche de missiles destructeurs ? »

Le président du Sénat a inscrit cette visite du président de la Rada en symétrique de la visite d’une délégation de sénateurs à l’assemblée ukrainienne, en juillet dernier : « Peut-on se figurer un parlement réuni régulièrement, sous la menace permanente des alertes à l’approche de missiles destructeurs ? Tel est le quotidien de nos collègues parlementaires de la Rada. »

Par ailleurs, Gérard Larcher a rappelé le caractère exceptionnel de ce moment : « Cela fait même plus de 20 ans – c’était en 2003 – qu’aucun Président d’une assemblée d’un pays étranger ne s’est exprimé à la tribune qui sera vôtre dans quelques instants, Monsieur le Président de la Rada. […] C’est dire le degré d’amitié et de confiance que le Sénat témoigne à la Rada et à son Président. »

Dans la même thématique

« La souveraineté de l’Ukraine sur l’ensemble de son territoire n’est pas négociable », martèle Gérard Larcher devant le président de la Rada
4min

Politique

Nouveau Front populaire : députés et sénateurs réunis pour une démonstration de force

Les près de 130 parlementaires PS avaient rendez-vous au Sénat pour une réunion « opérationnelle », explique le président des sénateurs socialistes Patrick Kanner. Une rencontre qui permet aussi d’afficher le poids du parti au Parlement, à l’heure où les négociations patinent toujours pour Matignon, sur fond de désaccords avec La France insoumise.

Le

Strasbourg – Plenary Session of the European Parliament, Gallia – 17 Jul 2024
5min

Politique

Parlement européen : le cordon sanitaire contre l’extrême-droite résiste

Les votes étaient scrutés. Mardi 16 juillet les députés ont élu les 14 vice-présidents du Parlement européen. Des postes hautement symboliques. Mais même si l’extrême droite est en progression au Parlement européen, le cordon sanitaire semble avoir tenu : « Les Patriotes pour l’Europe », le nouveau groupe dirigé par Jordan Bardella et « L’Europe des nations souveraines » où siège l’AFD, l’extrême droite allemande, font chou blanc. A noter tout de même, le groupe ECR de la Première ministre Italienne Giorgia Meloni obtient deux postes.

Le

Gabriel ATTAL, French Minister of Education and Youth, was at the Gilbert DRU middle school in Lyon
10min

Politique

Derrière « le pacte d’action » que veut construire Gabriel Attal, un appel du pied de la macronie aux LR

Le Premier ministre souhaite ouvrir des discussions avec les groupes politiques « autour de projets et d'actions au service des Françaises et des Français ». Si à ce stade, un élargissement du courant présidentiel vers la gauche semble difficilement envisageable, la droite, en revanche, tenterait de négocier auprès des macronistes certains postes clés à l’Assemblée nationale.

Le