L’abrogation de la retraite à 64 ans examinée à l’Assemblée : « La journée va être très tendue »

Les députés débattent ce jeudi de la proposition de loi du groupe LIOT pour abroger la réforme des retraites, texte que la majorité présidentielle a réussi à vider de sa mesure phare avant l’examen en séance publique. Cette situation devrait conduire à des échanges nourris et houleux dans l’hémicycle, reconnaît Laurent Marcangeli, président du groupe Horizons à l'Assemblée nationale.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Jour J au Palais Bourbon. L’Assemblée nationale se penche à nouveau, ce jeudi 8 juin, sur la réforme des retraites, un peu moins de trois mois après son adoption. Les députés doivent débattre de la proposition de loi du groupe LIOT, visant initialement à abroger le recul de l’âge légal de départ de 62 à 64 ans. « La journée va être très tendue », a reconnu Laurent Marcangeli, président du groupe Horizons à l’Assemblée nationale, l’une des composantes de la majorité présidentielle, qui était invité de « Bonjour chez vous », la matinale de Public Sénat, à quelques minutes de l’ouverture des débats.

Toutefois, les élus ne pourront pas avoir la discussion souhaitée sur la mesure d’âge. Celle-ci a été supprimée en commission, et la tentative de réintroduction, par voie d’amendements, déclarée irrecevable par la présidente de l’Assemblée, Yaël Braun-Pivet, au nom de l’article 40 de la Constitution qui proscrit toute « diminution d’une ressource publique ». Cette situation a déclenché l’ire des oppositions contre le camp présidentiel, accusé de tordre le cou à la pratique parlementaire pour évacuer le plus rapidement possible cette nouvelle séquence.

« Il faudra garder son calme et s’en tenir à deux choses : le respect de l’institution, de son règlement intérieur qui a été plutôt secoué depuis un an avec quelques incidents en séance, et le respect des Français. On peut avoir de fortes divergences, mais des débats construits », souligne Laurent Marcangeli.

« L’opposition est dans un exercice de style et dans l’abus »

Dans le cadre de la niche parlementaire du groupe LIOT, les députés auront jusqu’à minuit pour débattre et voter ce court texte. Passé ce délai, la discussion devra s’arrêter. « Le petit livre du règlement, à mon avis, va être brandi quelques centaines de fois ce matin. Je ne pense pas que cela serve la démocratie parlementaire quand les choses sont aussi excessives », ajoute notre invité, avant de citer Talleyrand : « Tout ce qui est excessif est insignifiant ».

« L’opposition est dans un exercice de style et dans l’abus, l’abus verbal et l’abus de communication », tacle Laurent Marcangeli. Selon lui, après plusieurs semaines de bataille procédurale, notamment autour de la recevabilité financière de cette proposition de loi, « plus personne ne comprend rien à ce qui se passe ».

« Les oppositions savaient que cette loi n’était pas tolérée par les textes constitutionnels, ils ont quand même voulu aller jusqu’au bout en rassemblant tous les contraires, LIOT, la Nupes et le RN », déplore encore l’ancien maire d’Ajaccio. « Finalement, l’opposition s’est fait prendre à son propre piège, celui de l’absurdité de cette démarche, qui n’était qu’une démarche politicienne et de communication. »

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris : Auditions au MEDEF
2min

Politique

Le « pacte législatif » élaboré par les LR sera dévoilé lundi

Info Public Sénat - La droite travaille depuis plusieurs jours sur une dizaine de textes, autour desquels elle espère dégager des majorités de consensus dans une Assemblée nationale très fracturée. Parmi les thématiques concernées : la souveraineté, le déficit, la revalorisation du travail ou encore l’école.

Le

PARIS – SIEGE LR – BELLAMY
8min

Politique

« Pacte législatif » : chez les sénateurs LR, la tentation d’une coalition avec les macronistes reste minoritaire

Les parlementaires LR devraient présenter en début de semaine le contenu de leur « pacte législatif ». La ligne défendue par Bruno Retailleau, chef de file des sénateurs LR, et Laurent Wauquiez, à la tête du groupe à l’Assemblée nationale, est celle d’une totale indépendance vis-à-vis des macronistes. Mais quelques élus estiment que le contexte politique invite à laisser de côté le principe des majorités de circonstance pour envisager un accord plus global avec le camp présidentiel.

Le