Lagarde (UDI): Bayrou “a suivi ses électeurs” chez Macron

Lagarde (UDI): Bayrou “a suivi ses électeurs” chez Macron

En proposant une alliance à Emmanuel Macron, François Bayrou a "suivi ses électeurs", a jugé jeudi le président de l'UDI Jean...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

En proposant une alliance à Emmanuel Macron, François Bayrou a "suivi ses électeurs", a jugé jeudi le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, pour qui cette alliance ne bouleversera pas "la donne politique" pour la présidentielle.

"En réalité, les électeurs de François Bayrou étaient déjà partis chez Emmanuel Macron. Il a suivi ses électeurs. C'est respectable mais je ne crois pas que cela bouleverse la donne politique", a jugé M. Lagarde, soutien de François Fillon, lors de l'émission "Face aux Chrétiens La Croix-KTO-Radio Notre-Dame et RCF".

François Bayrou "a voté en 2012 pour François Hollande. Emmanuel Macron était l'auteur du programme économique de François Hollande. En choisissant Emmanuel Macron, il poursuit dans la même trajectoire qu'en 2012. Après tout, c'est respectable. En 2007 il cherchait déjà l'alliance avec Mme (Ségolène) Royal. Il poursuit un chemin qui est le sien, qui a conduit à notre rupture", a également déclaré M. Lagarde.

Pour celui qui fut l'un des artisans de la campagne présidentielle de M. Bayrou en 2007 avant de soutenir Nicolas Sarkozy, "l'incohérence" du président du MoDem, "c'est d'abord le fait que quand on est centriste, on ne choisit pas un homme mais un projet. Ceux qui choisissent un homme ce sont les bonapartistes qui pensent qu'il y a un sauveur".

M. Bayrou "fait ça à un moment où on ne connaît toujours pas le projet de M. Macron", a-t-il relevé.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allées ces dernières années.

Le