Lagarde (UDI) exclut toute alliance avec Wauquiez (LR)

Lagarde (UDI) exclut toute alliance avec Wauquiez (LR)

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, a exclu toute alliance avec Les Républicains de Laurent Wauquiez, dont il juge la ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, a exclu toute alliance avec Les Républicains de Laurent Wauquiez, dont il juge la "dérive droitière" incompatible avec "les valeurs et les objectifs politiques" de son parti, a-t-il expliqué mardi matin au micro de RTL.

"L'orientation prise depuis des années par Les Républicains et particulièrement par Laurent Wauquiez rend incompatibles nos valeurs et nos objectifs politiques", a-t-il déclaré.

En cause particulièrement, des désaccords sur "la méthode" : le président de l'UDI a accusé Laurent Wauquiez de vouloir "radicaliser la vie politique française". Pour Jean-Christophe Lagarde, le nouveau président des Républicains "tend la main à ceux qui ont une obsession identitaire", dans une proximité supposée avec le FN.

Autre point majeur de désaccord entre les deux partis : leur conception de l'Europe. "Laurent Wauquiez a écrit un livre qui est l'antithèse de ce que nous pensons de l'Europe" ("Europe, il faut tout changer", 2014), a jugé Jean-Christophe Lagarde, déplorant la "dérive droitière" et la position "souverainiste" du nouveau président LR.

"C'est un glissement progressif qui transforme un parti, Les Républicains, qui était un parti de droite, en parti de droite ultra. Et c'est ce qui provoque d'ailleurs le départ de nombreux Républicains", a-t-il affirmé.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le