Lagarde (UDI) réitère son soutien à Fillon

Lagarde (UDI) réitère son soutien à Fillon

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, a réaffirmé vendredi son soutien à la candidature de François Fillon, dans la...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, a réaffirmé vendredi son soutien à la candidature de François Fillon, dans la tourmente des emplois présumés fictifs de son épouse, appelant à "reparler de la campagne".

"S'il n'y a pas de candidat représentant la droite et le centre, qui va remporter l'élection présidentielle? Marine Le Pen. Ce serait un suicide collectif pour notre pays", a déclaré le député de Seine-Saint-Denis sur franceinfo.

"Il avait le choix de poursuivre ou pas sa campagne, il a décidé de la poursuivre, il n'y a que lui qui peut décider d'être candidat ou de se retirer", a assuré M. Lagarde, appelant à "reparler de la campagne".

Affirmant qu'il n'y avait "pas de plan B", il a par ailleurs estimé qu'on "ne choisit pas qu'un homme, on choisit une politique", lors d'une élection présidentielle.

Prenant acte des explications de François Fillon sur l'emploi de sa femme, M. Lagarde a en revanche réfuté l'idée d'un "complot de la presse".

"Il y a une révélation faite par un journal, c'est son travail. Il y a des journalistes qui ensuite rapportent l'information, rapportent les explications, l'accusation, la défense, ça me paraît parfaitement logique", a-t-il jugé.

M. Lagarde a en revanche critiqué les propos du président du MoDem François Bayrou contre François Fillon, qui a accusé mercredi le candidat de la droite d'être "sous l'influence des puissances d'argent".

"Il y a quatre mois il expliquait qu'Emmanuel Macron était le candidat des forces de l'argent, aujourd'hui il dit à peu près la même chose de François Fillon, je crois qu'en réalité il prépare sa campagne présidentielle", a analysé M. Lagarde. "Comme ce sont les deux candidats les plus proches idéologiquement de lui (...) il faut bien qu'il se démarque".

Dans la même thématique

Plenary session on the results of the EU summit at the European Parliament in Brussels.
11min

Politique

Européennes : qui est Valérie Hayer, future tête de liste Renaissance qui « coche toutes les cases » ?

Inconnue du grand public, l’eurodéputée sortante devrait mener la liste de la majorité présidentielle pour les européennes. Celle qui « connaît les dossiers », est présentée comme « bosseuse » et « pugnace », sachant trouver au Parlement des « compromis ». Fille d’agriculteur, cette ancienne collaboratrice parlementaire au Sénat a failli être élue sénatrice de la Mayenne. Spécialiste des questions financières, elle a travaillé sur le plan de relance européen de 750 millions d’euros. Elle devra faire ses preuves sur les plateaux face à Jordan Bardella.

Le

Lagarde (UDI) réitère son soutien à Fillon
3min

Politique

Au Salon de l’agriculture, Éric Ciotti dénonce « un gouvernement qui joue au pompier pyromane depuis plusieurs années »

Le président des Républicains s’est rendu au Salon de l’agriculture ce lundi. Au micro de Public Sénat, il s’interroge sur les annonces faites par l’exécutif pour calmer la grogne du monde rural, estimant que les mesures qui sont aujourd’hui dénoncées par les agriculteurs découlent directement de la politique conduite par Emmanuel Macron depuis 2017.

Le