Laïcité : Jean-Louis Bianco répond à Manuel Valls

Laïcité : Jean-Louis Bianco répond à Manuel Valls

Le président de l’Observatoire de la laïcité a réagi aux propos de Manuel Valls. L’ancien Premier ministre avait estimé que Jean-Louis Bianco n’était « pas à la hauteur de la situation. »  
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

 « Je crois qu’en effet Jean-Louis Bianco n’est pas à la hauteur de la situation » a déclaré Manuel Valls, dimanche dans Le grand jury (RTL, LCI, le Figaro). Dans son interview, l’ancien Premier ministre évoque le séminaire d’études décoloniales qui devait se tenir à l’université de Limoges mais qui a finalement été annulé. « Quand on laisse des personnalités comme Houria Bouteldja (porte-parole du Parti des indigènes de la république) (…) participer à des colloques universitaires et quand on ne s’émeut pas de ces pratiques, je pense qu’en effet le combat, avec force, mérite d’être mené » avait assené Manuel Valls.

« Je crois qu’en effet Jean-Louis Bianco n’est pas à la hauteur de la situation » déclare Manuel Valls
00:39

« Manuel Valls, autant que je me rappelle, a été ministre de l’Intérieur, a été Premier ministre quand est-ce qu’il a poursuivi ces personnes-là ? » réplique Jean-Louis Bianco. Le président de l’observatoire de la laïcité refuse de « rentrer dans la provocation. » Selon lui, « c’est aux universités de trouver un équilibre, on peut débattre d’un certain nombre de sujets, c’est bien le lieu de l’université. Mais pas n’importe comment et pas dans n’importe quelle condition » précise-t-il.

Jean-Louis Bianco insiste sur le fait que l’observatoire de la laïcité « n’est pas chargé d’être une sorte de police générale, de décider qui doit parler, qui ne doit pas parler suivant que ça plaise ou non à Monsieur Valls. »

Laïcité : « Il y a beaucoup de polémiques qui sont liées à des postures » estime Jean-Louis Bianco
01:15

Il faut « construire un avenir pour ces territoires et sortir enfin de ces ségrégations. Le communautarisme naît aussi d’une ségrégation » affirme Jean-Louis Bianco

Alors que les débats autour de la laïcité ont rarement été aussi sensibles, Jean-Louis Bianco se veut rassérénant. « Je ne crois pas que la laïcité soit en danger, je crois qu’il y a beaucoup de polémiques qui sont liées à des postures, qui visent à exciter les gens, qui sont dangereuses » analyse-t-il.

Jean-Louis Bianco estime que «  la laïcité est attaquée par des gens qui veulent introduire une religion, et notamment l’islam, à la place de la République. » Il assure que « c’est une position qui doit être combattue, fermement, calmement mais qui est très minoritaire. » Le président de l’Observatoire de la laïcité rappelle que « l’immense majorité de nos compatriotes qui est de confession musulmane, de culture musulmane pratiquent leur foi tranquillement sans poser de problème à personne. »

Pour Jean-Louis Bianco, la priorité est de « construire un avenir pour ces territoires et sortir enfin de ces ségrégations. Le communautarisme naît aussi d’une ségrégation, on a des gens complètement homogènes dans un quartier donné » explique –t-il.

Voir l'intégralité de Sénat 360 : 

Sénat 360 (27/11/2017)
29:01

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le