Lancement officiel d'”Agir”, nouveau parti à droite initié par des “Constructifs” pro-Macron

Lancement officiel d'”Agir”, nouveau parti à droite initié par des “Constructifs” pro-Macron

Une vingtaine d'élus "Constructifs" ont officiellement lancé dimanche, sous la houlette du député Franck Riester (ex-LR), un...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Une vingtaine d'élus "Constructifs" ont officiellement lancé dimanche, sous la houlette du député Franck Riester (ex-LR), un nouveau parti de droite, "Agir", qui se veut une alternative à LR et sa ligne "identitaire, eurosceptique et ultra-conservatrice".

Dans une tribune fondatrice rendue publique par Le Figaro et dont l'AFP a obtenu copie, Agir entend "faire de ce quinquennat une réussite pour la France" en soutenant "les réformes engagées dans de nombreux domaines par l'actuel gouvernement mené par un Premier ministre issu de la droite", Edouard Philippe.

"Pour autant, nous sommes libres", font valoir les 19 membres fondateurs et "nous serons force de propositions pour défendre les idées libérales, sociales, européennes, humanistes et réformistes de la droite et du centre". "Nous saurons nous opposer chaque fois que cela sera nécessaire", assurent-ils.

Sans citer Laurent Wauquiez, qui devrait être élu le 10 décembre président du parti Les Républicains, ils disent "refuser de voir la droite s'enfermer dans une ligne identitaire, autoritaire, eurosceptique et ultra-conservatrice" et veulent "s'opposer à tout rapprochement avec le Front national".

Parmi ces membres fondateurs figurent la sénatrice juppéiste Fabienne Keller, la députée Agnès Firmin-Le Bodo -qui a hérité de la circonscription du Premier ministre Edouard Philippe-, l'ancien ministre de Nicolas Sarkozy Frédéric Lefebvre, l'eurodéputée et ex-ministre de Jacques Chirac Tokia Saïfi, Vincent Ledoux, qui a succédé à Gérald Darmanin comme député de la 10e circonscription du Nord, le sénateur et ancien ministre Claude Malhuret et les députés Pierre-Yves Bournazel et Laure de la Raudière.

En revanche, le député Thierry Solère, initiateur en juin du groupe "Constructifs" à l'Assemblée nationale avec Franck Riester, et les ministres Gérald Darmanin et Sébastien Lecornu, tout récemment exclus de LR, ont refusé de se joindre à eux, préférant adhérer à La République en marche, comme ils l'ont annoncé dimanche dans le JDD. Bruno Le Maire avait lui quitté LR pour le parti présidentiel dès après la présidentielle.

"Pourquoi je n'ai pas fait le choix de créer une autre formation politique (et de rejoindre Agir) ? Parce que, quand on a travaillé à l'ADN de ce que serait cette formation politique, on s'est rendu compte que c'était tout à fait l'ADN" de LREM, s'est justifié dimanche sur BFMTV Thierry Solère en mettant en avant une "logique d'efficacité".

La députée Marine Brenier, membre du groupe "Constructifs" et proche de Christian Estrosi, n'a pas non plus rejoint Agir. Le maire de Nice, sur bien des points macron-compatible, a choisi pour l'heure de rester à LR.

Les statuts d'Agir devraient être débattus par les membres fondateurs le 5 décembre et la direction du parti devrait être collégiale.

Dans la même thématique

Lancement officiel d'”Agir”, nouveau parti à droite initié par des “Constructifs” pro-Macron
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

Lancement officiel d'”Agir”, nouveau parti à droite initié par des “Constructifs” pro-Macron
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le