Laurent Wauquiez est « une sorte de Monsieur non » selon Gérard Longuet

Laurent Wauquiez est « une sorte de Monsieur non » selon Gérard Longuet

Gérard Longuet, sénateur LR de la Meuse, était l’invité de Territoires d’Infos mardi matin sur Public Sénat. Interrogé sur les municipales de 2020, il rappelle ses divergences avec le Président des Républicains, Laurent Wauquiez.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Christophe Castaner, délégué général de la République en marche a déclaré lundi, sur Public Sénat, que son parti pourrait soutenir des candidats Les Républicains aux prochaines municipales de 2020. Le parti Les Républicains, en revanche, par la voix de ses porte-parole, a répondu que la réciproque n’était pas vraie.

« Moi je ne suis pas du tout la ligne que Laurent Wauquiez a choisie » déclare Gérard Longuet, sénateur LR de la Meuse. « Je trouve étonnant qu’il choisisse d’être une sorte de Monsieur non, dans un pays qui bouge, et dont les lignes sont quand même plus ouvertes et plus floues qu’elles ne l’étaient ».

Le sénateur va encore plus loin : « Je pense que Laurent ne sera pas suivi localement, dans les grandes villes que je connais. Il y a des sympathies qui font que les situations locales seront réglées localement ».

Y’aura-t-il des alliances LR et LREM à ces élections? « Je pense que les élections seront très décentralisées, si vous me permettez l’expression » répond-il. Laurent Wauquiez a annoncé qu’il ne s’occuperait pas de la stratégie des listes. « Il a choisi une attitude d’opposant systématique, pour dire « je suis le premier opposant ». L’opinion d’aujourd’hui ne cherche pas à savoir qui est le meilleur opposant, c’est manifestement ou Mélenchon, ou Madame Le Pen » affirme Gérard Longuet, avant de répliquer : « Moi je ne soutiens pas, a priori, le Président de la République, mais je ne me lève pas tous les matins en me demandant comment enquiquiner la République en Marche ».

Selon le sénateur, la stratégie de Laurent Wauquiez « ne s’impose pas, ne réussit pas », et le Président des Républicains reste coupé des « élus locaux qui exercent des responsabilités ». Il existe des risques de fracture au sein du parti. « Mais la politique c’est le conflit, y compris à l’intérieur d’une formation politique » conclut-il.

Municipales : LAREM soutiendra « des maires quel que soit leurs engagements politique » annonce Castaner
01:51

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Laurent Wauquiez est « une sorte de Monsieur non » selon Gérard Longuet
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le