« Le beau défi » de la France à l’ONU

« Le beau défi » de la France à l’ONU

Marc Semo, journaliste en charge de la diplomatie au Monde, estime que la France a une carte à jouer pour « faire entendre la voix de l’Europe au sein de l’ONU », à la vieille du premier discours du président Macron à l’Assemblée générale de l’ONU.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Gros enjeux pour la France à l’international. Emmanuel Macron va tenir mardi 19 septembre son premier discours, comme président de la République, à l’Assemblée générale des Nations unies, alors que la France va présider le Conseil de sécurité en octobre et que les tensions diplomatiques se multiplient avec la Corée du Nord au sein de la communauté internationale.

Le pays a un pouvoir très important au sein de l’Organisation des Nations unies : « La France sera bientôt, après le départ britannique de l’UE, le seul pays membre de l’Union Européenne, membre permanent du conseil de sécurité et détenteur de l’arme nucléaire avec le pouvoir de dissuasion » explique , au micro d’ « On va plus loin », Marc Semo, journaliste en charge de la diplomatie au Monde : « «[Elle] est le seul pays européen qui dispose de réelles capacités de projection sur des théâtres d’opérations. Donc pour toutes ces raisons la France a un grand pouvoir au sein de l’ONU. Et en plus elle a une vieille tradition diplomatique, qui fait qu’elle est capable de faire des coalitions, qu’elle est capable de faire l’accompagnement diplomatico-politique de ses interventions. Comme on l’a vu sur le Mali. »

Et d’ajouter : « La France dispose finalement d’un pouvoir disproportionné au sein des Nations Unies. C’est à peu près l’instance internationale où elle compte le plus. C’est un héritage de la guerre. Cela c’est joué à très peu, une voix. Notamment celle d’Haïti, grâce à laquelle la France a été membre permanent du Conseil de sécurité en 1945 ».  

Le président de la République sait que ces prochains jours vont être cruciaux et l’occasion pour lui d’imprimer sa marque : « La grande intuition d’Emmanuel Macron, c’est de dire : la France, sa souveraineté passe par l’Europe. Et le rôle de la France est de permettre à l’Europe de devenir le leader du monde libre (…) C’est une idée forte et d’une certaine façon, cette possibilité-là pour la France de faire entendre la voix de l’Europe au sein de l’ONU, c’est un beau défi » conclut le journaliste.

La France et l'Onu : interview OVPL en intégral de Marc Semo, journaliste au Monde
08:29

Entretien avec Marc Semo en intégral

Dans la même thématique

« Le beau défi » de la France à l’ONU
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le