Le budget de la Défense augmentera de 1,6 milliard d’euros en 2018

Le budget de la Défense augmentera de 1,6 milliard d’euros en 2018

Le budget de la Défense augmentera de plus d'1,6 milliard d'euros en 2018, une hausse "sans précédent au cours des dix dernières...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le budget de la Défense augmentera de plus d'1,6 milliard d'euros en 2018, une hausse "sans précédent au cours des dix dernières années", a annoncé Edouard Philippe jeudi soir, deux mois après la polémique sur des coupes dans les finances des armées pour 2017.

"Nous allons l'année prochaine augmenter, dans le budget que je présenterai, le budget des Armées de plus de 1,6 milliard (d'euros). Cet effort sera poursuivi en 2019 puis en 2020 parce que le monde dans lequel nous vivons est dangereux", a déclaré le Premier ministre lors d'un entretien diffusé sur BFM TV.

Cette annonce concrétise la promesse d'Emmanuel Macron et de l'exécutif d'augmenter significativement le budget de la Défense, afin d'atteindre 2% du PIB en 2025.

Le chiffre diverge toutefois légèrement avec la hausse évoquée jusque-là par le chef de l'Etat et la ministre des Armées, qui avaient fait état d'une hausse de 1,8 milliard.

"Dès 2018, nous entamerons cette remontée du budget du ministère des Armées dont les crédits budgétaires seront portés à 34,2 milliards d'euros (contre 32,4 milliards en 2017, ndr) dont 650 millions d'euros de provisions pour les opérations extérieures", avait dit le chef de l'Etat le 13 juillet.

Mardi, à l'université d'été de la Défense à Toulon, la ministre des Armées Florence Parly avait salué "l'inflexion majeure" que constituait la hausse du budget en 2018.

"De 2016 sur 2017, le budget avait augmenté de 600 millions d’euros, effort appréciable. 1,8 milliard en 2018, c’est trois fois plus", avait-elle souligné.

Le budget de la Défense avait été au coeur de la polémique au début de l'été.

Pour tenir l'objectif de 3% de déficit en 2017, l'exécutif a décidé de procéder à une coupe de 850 millions d'euros dans les programmes d'équipements des armées, sur fond d'effort budgétaire global. Cette décision a conduit à une crise avec le chef d'état-major des armées, le général Pierre de Villiers, et à sa démission en juillet.

La droite avait notamment critiqué ce coup de rabot.

"Plutôt que de multiplier les déclarations, sans doute martiales mais finalement assez vaines, nous préférons oeuvrer sur le terrain, et sérieusement", a affirmé M. Philippe jeudi soir.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le