Le bureau du Sénat lève l’immunité parlementaire du sénateur LR Stéphane Piednoir

Le bureau du Sénat lève l’immunité parlementaire du sénateur LR Stéphane Piednoir

Cette demande de levée de l’immunité, dont le procureur de la République d’Angers est à l’origine, « est liée à la signature d’un permis de construire par mes soins en qualité de maire de Montreuil-Juigné, concernant une maison dont je suis copropriétaire » affirme Stéphane Piednoir.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le bureau du Sénat a décidé, ce jeudi matin, de lever l’immunité parlementaire d’un sénateur. Il s’agit de Stéphane Piednoir, sénateur LR du Maine-et-Loire. « A la suite d’une requête du garde des Sceaux et après instruction par le président de la délégation en charge des conditions d’exercice du mandat de sénateur, Vincent Delahaye, le bureau a levé l’immunité parlementaire de Stéphane Piednoir, sénateur du Maine-et-Loire, en vue de son audition sous le régime de la garde à vue » a annoncé par communiqué le bureau, composé de 26 sénateurs représentants les différents groupes politiques du Sénat, dont le président LR de la Haute assemblée, Gérard Larcher.

Permis de construire d'une maison dont il est « copropriétaire »

Selon le quotidien Ouest-France, « Eric Bouillard, procureur de la République d’Angers, confirme être à l’origine de la demande de levée d’immunité parlementaire ». Le procureur a ainsi formulé cette demande auprès du ministère de la Justice, qui l’a ensuite transmise au Sénat. Le procureur refuse pour l’heure d’en préciser les raisons.

Dans un communiqué, Stéphane Piednoir se charge lui-même de donner des détails. « Cette demande de levée de l’immunité est liée à la signature d’un permis de construire par mes soins en qualité de maire de Montreuil-Juigné, concernant une maison dont je suis copropriétaire » selon le communiqué, rapporte également Ouest France. L’élu a été maire de la commune de 2014 à 2018.

« Aucun enrichissement personnel » assure Stéphane Piednoir

« Ma compétence était totalement liée lorsque j’ai signé. Je n’avais aucune marge de manœuvre et le rôle du maire en ce domaine est de se conformer strictement à l’instruction. Cette instruction a été réalisée non pas par les services de la mairie mais par ceux de la communauté urbaine d’Angers, au regard du plan local d’urbanisme. Le permis de construire était parfaitement conforme à ce plan local d’urbanisme et comme pour chaque acte d’urbanisme de ce type, mon rôle s’est limité à valider un certificat délivré par l’administration » affirme le sénateur LR.

Stéphane Piednoir assure qu’« il n’y a eu bien sûr aucun enrichissement personnel ni aucun préjudice pour Montreuil-Juigné, ce permis étant délivré dans les mêmes conditions que tout permis de construire sur la commune ». Le sénateur « souhaite pouvoir être entendu rapidement et répondre en toute transparence aux questions soulevées par ce dossier ».

Précision utile apportée par Ouest France : selon l’article L. 422-7 du code de l’urbanisme, « si le maire […] est intéressé au projet faisant l’objet de la demande de permis […], le conseil municipal de la commune ou l’organe délibérant de l’établissement public désigne un autre de ses membres pour prendre la décision ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le