Le cas Pénicaud ressurgit à l’Assemblée dans les débats de moralisation

Le cas Pénicaud ressurgit à l’Assemblée dans les débats de moralisation

Le cas de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, mise en cause par des élus de gauche pour une plus-value boursière de plus d'un...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le cas de la ministre du Travail Muriel Pénicaud, mise en cause par des élus de gauche pour une plus-value boursière de plus d'un million d'euros, a ressurgi vendredi à l'Assemblée, l'Insoumis François Ruffin y voyant notamment le début d'un "Pénicaudgate".

"Qu'est-ce qui va le plus entacher la confiance dans la vie publique, est-ce que c'est les histoires d'indemnités, nos notes de restaurant ou machin..., ou le +Pénicaudgate+ qui se dessine?" a demandé le député de la Somme. M. Ruffin a posé cette question lors de l'examen d'un amendement visant à encadrer les écarts de rémunération dans les entreprises, dans le cadre des débats sur les textes pour la "confiance dans la vie politique".

"Ça devient ministre du Travail et ça vient dire qu'il faut plafonner les indemnités prud'homales plutôt que de plafonner les stocks-options. S'il y a quelque chose qui doit scandaliser aujourd'hui, (...) qui entache la confiance dans l'action publique, c'est bien cela", a ajouté M. Ruffin, dénonçant l'"aspect étriqué" des textes.

Défendant un amendement "vis ma vie" pour imposer des stages d'observation aux parlementaires et ministres, le député a notamment proposé que la ministre du Travail, "avant de réformer les prud'hommes", fasse "un stage pour assister les salariés aux prud'hommes", y voyant une façon d'éviter un "sentiment de décrochage".

"Nous sommes en plein débat sur la moralisation de la vie politique et à la veille de la reprise du débat parlementaire sur la loi travail", a dit de son côté le communiste Sébastien Jumel. "Si l'on veut rétablir une confiance durable entre nos citoyens et nous, il faut se saisir de ce scandale de Danone pour que ça ne se reproduise plus", a-t-il dit.

"Alors qu'on s'apprête à permettre la mise en miettes du contrat de travail et des accords de branche, on permettrait aux dirigeants de faire de l'argent en dormant", s'est insurgé le député de Seine-Maritime.

Lors de l'examen d'un autre amendement sur les stock-options, le député LR Olivier Marleix a aussi évoqué "l'affaire révélée par L'Humanité", y voyant un "drame du pantouflage" et "le visage le plus odieux du capitalisme financier", estimant que les sujets "auraient dû figurer dans un texte".

Les amendements proposés ont été rejetés au motif qu'ils n'avaient pas leur place dans le texte élaboré par la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

La ministre du Travail a été mise en cause jeudi par des élus de gauche à la suite d'un article paru dans L'Humanité faisant état d'une plus-value de plus d'un million d'euros réalisée en vendant des stock-options en 2013 à la suite de suppressions d'emploi chez Danone.

Dans une interview au Figaro vendredi, Mme Pénicaud a dénoncé des "amalgames", expliquant que "l'attribution du plan de stock-options" était "bien antérieure à l'annonce du plan de départs volontaires" et n'avait "aucun lien" avec lui.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le