Le Foll pense que c’est la fin du PS tel qu’il a vécu

Le Foll pense que c’est la fin du PS tel qu’il a vécu

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, au sujet de la situation du Parti socialiste, pense que "c’est la fin du PS...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, au sujet de la situation du Parti socialiste, pense que "c’est la fin du PS tel qu’il a vécu jusqu’ici", dans un entretien au Parisien mardi.

"Il va falloir se réinventer. Il faudra y réfléchir après les législatives. Dans le moment présent, il faut rester rassemblés et responsables. Sinon, on risque l’éclatement général", explique Stéphane le Foll, qui "pense que c’est la fin du parti tel qu’il a vécu jusqu’ici".

Pour le ministre de l'Agriculture, "ce parti aurait dû se situer durant cette campagne dans une forme de synthèse entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron". "Il va falloir regarder les choses avec beaucoup de lucidité et de responsabilité", prévient-il.

Stéphane Le Foll, proche de François Hollande, estime qu'"il faut essayer d’imposer le retour à une ligne qui est le socialisme démocratique."

"Et puis, il faut regarder ce que propose Emmanuel Macron. Je trouve que la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des Français, dans un contexte où beaucoup souffrent, est une bonne piste. De même que la réduction du nombre d’élèves par classe dans les zones prioritaires, ou le plan d’investissement à hauteur de 50 milliards d'euros. Enfin et surtout, il a un engagement européen qui est essentiel face aux défis et aux menaces qui pèsent sur le monde", détaille le porte-parole.

Concernant son choix dimanche pour le second tour de l'élection présidentielle, Stéphane Le foll confirme qu'il "votera Emmanuel Macron" car il "veut la défaite du FN". Et il dit ne pas comprendre les réticences d’une partie de la gauche à voter dimanche pour le candidat d'En Marche !

"Dans le cas présent, l’expression de certains leaders, qui ne clarifient pas leur position, provoque un doute", déplore-t-il.

Le ministre de l'Agriculture, qui ne "croit pas" que Marine Le Pen, la candidate du Front national, puisse être élue, se veut toutefois "prudent, d’autant que le ralliement de l’anti-gaulliste Nicolas Dupont-Aignan change les choses". Et de conclure : "il faut se mobiliser."

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le