Le groupe écologiste du Sénat disparaît

Le groupe écologiste du Sénat disparaît

Après 6 ans d’existence, c’est la fin du groupe écologiste du Sénat. Il n’a pas survécu au départ du sénateur André Gattolin qui a rejoint, cette semaine, le nouveau groupe LREM de la Haute assemblée.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Au Sénat, il faut rassembler 10 parlementaires pour pouvoir former un groupe. Et les écologistes ne sont plus que neuf suite au départ d’André Gattolin, parti rejoindre le nouveau groupe La République En Marche, présidé par François Patriat. Dans un communiqué, les élus prennent acte de cette décision « qui prive ses membres de temps de parole et de moyens humains pour continuer de porter la parole écologiste au sein de l’Institution ». Les signataires rappellent que leur groupe, créé en 2011, a été « le premier de l’histoire du Parlement Français ». À l’Assemblée nationale, le groupe écologiste s’est constitué un an plus tard et a été dissous en mai 2016.

Les anciens membres du groupe écologiste du Sénat rappellent leur bilan législatif : « loi sur les lanceurs d’alerte, loi sur les ondes électromagnétiques, loi encadrant l’utilisation des produits phytosanitaires, loi supprimant la publicité dans les programmes de télévision jeunesse, avancées en matière de droits des LGBT, promotion de la défense verte, actions en faveur de la santé environnementale et d’une agriculture responsable ».

« Aujourd'hui, l’urgence écologique est telle que l’écologie politique reviendra tôt ou tard en force dans les Institutions » veulent-ils croire.

Le groupe  a été présidé successivement par Jean-Vincent Placé, puis par un tandem Corinne Bouchoux/Jean-Vincent Placé et enfin par Jean Desessard. De retour à Haute Assemblée, l’ancien secrétaire d’État a choisi d’intégrer le groupe socialiste plutôt que de retourner dans son groupe d'origine.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le