Le groupe PS du Sénat tourne (pour le moment) la page des divisions

Le groupe PS du Sénat tourne (pour le moment) la page des divisions

Les sénateurs PS n’ont finalement pas revoté sur leur ligne politique. C’était pourtant une proposition de leur président, Didier Guillaume, pour clore les tensions causées par ses félicitations à la nomination d’Olivier Dussopt au gouvernement. Le congrès du PS pourrait relancer le débat l’année prochaine.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

En arrivant en réunion de groupe, comme tous les mardis, ce sénateur PS semble amusé : « C’est merveilleux, c’est surprise party ! » Il ne croyait pas si bien dire. Annoncé la semaine dernière par le président du groupe socialiste, Didier Guillaume, le nouveau vote sur la ligne politique du groupe n’a finalement pas eu lieu (voir le sujet de Samia Dechir).

Didier Guillaume : « On continue sur la base de la ligne politique définie en début de mandat »

« C’était suite à la discussion de la semaine dernière où il avait peut-être été envisagé de dire qu’il fallait prendre une autre position. Mais s’il fallait prendre une autre position, j’ai dit qu’on votera ensemble. (…) Mais nous avons considéré ce matin qu’il n’y avait pas lieu de voter comme certains avaient pu le demander, donc pas de problème » a expliqué à la sortie Didier Guillaume (voir la vidéo ci-dessous). Plusieurs sénateurs ont pris la parole ce matin pour souligner l’inutilité d’un nouveau vote. Le sénateur de la Drôme ajoute que « le groupe a été unanime, sans vote, pour dire qu’on continue sur la base de la ligne politique définie en début de mandat ».

Didier Guillaume : « On continue sur la base de la ligne politique définie en début de mandat »
00:33

En annonçant la semaine dernière ce vote, l’idée était de tenter de clore la crise qui a traversé le groupe depuis son tweet de félicitations à l’ex-socialiste Olivier Dussopt pour sa nomination au gouvernement. Un simple tweet de félicitations à un ami, a tenté d’expliquer Didier Guillaume à ses camarades sénateurs la semaine dernière. Un message qui brouille l’image des socialistes, lui ont reproché, parfois vivement, plusieurs sénateurs qui souhaitent se placer clairement en opposition à Emmanuel Macron, contrairement à Didier Guillaume, plus conciliant. Pour eux, ses responsabilités de président de groupe l’empêchent d’envoyer ce genre de message de félicitations à un socialiste qui rejoint le chef de l’Etat.

Au cas où, une urne avait pourtant bien été apportée ce matin. Mais avant même la réunion, plusieurs sénateurs, défenseurs d’une ligne d’opposition, ne cachaient pas leur opposition. « Ça n’a aucun sens de revoter » pour l’un de ces frondeurs. « Je ne sais pas si c‘est indispensable de faire un nouveau vote, si c’est pour confirmer le vote que nous avons fait il y a deux mois » soulignait avant de rejoindre ses collègues le sénateur PS de Paris, Rémi Féraud. Deux heures après, il ne peut que saluer la décision : « L’important est de continuer à faire groupe ensemble ».

Compromis alambiqué

Fin septembre, les sénateurs avaient déjà été contraints de trouver un compromis pour pouvoir éviter la division : le groupe PS est dans l’opposition à la majorité sénatoriale de droite et n’est pas dans la majorité présidentielle. Une formule alambiquée, qui manque de clarté, mais qui a l’avantage de rassembler la ligne de Didier Guillaume, plus ou moins constructive à l’égard du gouvernement, et ceux, plus à gauche, qui se disent dans l’opposition à Emmanuel Macron. Soit la ligne défendue par le parti. Cette tendance s’est vue renforcée au sein du groupe après les sénatoriales. Si bien que le groupe se retrouve globalement divisé en deux sur le fond.

Depuis la semaine dernière, la volonté de rester unis a été plus forte. Après la réunion, le coordinateur du PS, le sénateur du Val-d’Oise, Rachid Temal, minimise les dernières tensions : « Il n’y a pas de sujet, pas de crise, ni au PS, ni au groupe. Il y a eu des paroles, des propos. J’ai appelé les uns et les autres à la raison et à l’unité du groupe. Aujourd’hui, c’est chose faite ».

« Le groupe devra tenir compte de l’avis du parti après le Congrès »

Mais la fin des hostilités pourrait n’être qu’une trêve. Le congrès du PS, en avril, où les socialistes vont tenter de refonder une maison à moitié en ruine, pourrait remettre une pièce dans la machine. « Le débat politique sur la stratégie du groupe et notre positionnement politique va se poursuivre dans les mois qui viennent. L’important est qu’il se fasse sereinement » souligne Rémi Féraud (voir ci-dessous), avant d’ajouter : « Je suis sûr que dans le cadre du congrès du PS, ce printemps, la ligne qui nous situera dans l’opposition au gouvernement d’Emmanuel Macron sera majoritaire et très réaffirmée par le congrès. (…) Je crois qu’à ce moment-là, le groupe devra tenir compte de l’avis du parti, qui sera celui des militants, et pas seulement d’une direction collégiale »… Ce que le groupe n’a pas fait jusqu’ici.

Rémi Féraud : « Le groupe devra tenir compte de l’avis du parti après le Congrès »
00:45

Suite à ce psychodrame interne, Didier Guillaume peut s’estimer heureux : il reste à la tête du groupe et l’unité est sauvegardée. Mais à l’inverse, d’autres l’estiment un peu affaibli, voire « de plus en plus isolé », et pensent que l’épisode du tweet laissera des traces. Réponse au prochain épisode.

Dans la même thématique

Le groupe PS du Sénat tourne (pour le moment) la page des divisions
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Le groupe PS du Sénat tourne (pour le moment) la page des divisions
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le