Le Maire attaque Les Républicains sur le RIP, déclenche une bronca

Le Maire attaque Les Républicains sur le RIP, déclenche une bronca

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a déclenché une bronca mercredi à l'Assemblée nationale puis au Sénat, en critiquant...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a déclenché une bronca mercredi à l'Assemblée nationale puis au Sénat, en critiquant vivement la participation des Républicains au lancement d'un référendum d'initiative partagée (RIP) contre la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP).

"Je voudrais relever les contradictions de cet équipage de circonstance qui s'oppose à la privatisation d'ADP", a déclaré au Palais Bourbon M. Le Maire, qui s'est exprimé sous les huées des députés quasiment tout le long de son intervention.

"Mesdames et Messieurs Les Républicains, cela a dû vous faire bizarre de vous retrouver sur la même estrade que les communistes et les socialistes, pour vous opposer à la privatisation d'ADP", a-t-il lancé aux élus.

Alors que 185 signatures sont requises pour un "RIP", procédure jusqu'ici inédite depuis son introduction dans la Constitution en 2008, les parlementaires ont déposé mardi une proposition de loi référendaire avec 248 signataires, issus de 11 groupes dans les deux chambres.

Cette proposition doit d'abord être validée par le Conseil constitutionnel puis signée par 10% du corps électoral (soit 4,5 millions de citoyens), pour déclencher le référendum.

"Mesdames et messieurs les Républicains ça a dû vous faire bizarre d'avoir comme porte-parole de votre opposition à la privatisation d'ADP, le porte-parole du groupe du Parti socialiste à l'Assemblée nationale, vous avez dû vous demander: +mais est-ce que je me suis pas trompé de salle, est-ce que je me suis pas trompé de camp?+", a ironisé le ministre.

M. Le Maire a encore relevé les "contradictions de ceux qui ont soutenu les privatisations, soutenu les candidats aux primaires qui voulaient des privatisations et qui s'y opposent, maintenant".

"Vous ne savez plus où vous habitez, vous ne savez plus où est le nord où est le sud, où est l'est, ou est l'ouest", a-t-il poursuivi.

"J'ai absolument honte de cette bronca que vous avez installée au moment d'écouter la réponse du ministre. Vous vous êtes mal tenus", s'est indigné pour sa part le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

Interpellé sur la même question au Sénat par un élu communiste, à l'occasion du débat sur le grand débat, M. Le Maire a là aussi déclenché de vives protestations, lorsqu'il a évoqué "un attelage étrange qui est peut-être la première étape d'un programme commun entre Les Républicains et le Parti socialiste".

"Vous affaiblissez la démocratie représentative, en contestant des dizaines d'heures de travail de vos représentants, des sénateurs et des députés sur la privatisation d'ADP", a-t-il lancé, assurant attendre "sereinement la décision du Conseil constitutionnel".

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le