Le Maire dit pouvoir “travailler dans une majorité” autour de Macron, critiques au sein de LR

Le Maire dit pouvoir “travailler dans une majorité” autour de Macron, critiques au sein de LR

"Je peux travailler dans une majorité de gouvernement" autour du nouveau président de la République Emmanuel Macron (En Marche!),...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

"Je peux travailler dans une majorité de gouvernement" autour du nouveau président de la République Emmanuel Macron (En Marche!), a affirmé dimanche l'ancien ministre Bruno Le Maire (Les Républicains) sur le plateau de TF1.

"Après, c'est mon parti qui fera le choix qu'il voudra bien faire, mais entre une logique partisane et une logique d'intérêt général, entre une logique sectaire et une logique au service de la nation, mon choix est fait depuis très longtemps. L'heure est trop grave pour le sectarisme et le côté partisan, l'heure est à la France et à l'intérêt général", a encore estimé Bruno Le Maire.

Il a également appelé à "constituer une majorité de gouvernement pour faire ces réformes qui n'ont pas été faites depuis 20 ans", citant notamment la réforme du marché du travail, la transformation du système éducatif et la refondation de l'Europe.

"Je suis un homme de droite et je le renvendique. Mais y a-t-il une incompatibilité majeure avec le projet d'Emmanuel Macron? Non", a insisté M. Le Maire sur le réseau social Twitter.

"Mettons de côté nos querelles partisanes pour faire de ce quinquennat un quinquennat utile pour la France!", a-t-il encore ajouté.

Dans la foulée, François Baroin, qui mènera la campagne de la droite pour les élections législatives, a prévenu sur France 2 que si Bruno Le Maire entrait au gouvernement il aurait "un candidat LR face à lui" aux élections législatives.

"Si Bruno Le Maire rejoint le gouvernement dans une dizaine de jours, de fait il quitte la famille, de fait il appartient à En Marche!", a ajouté M. Baroin.

Et pour Philippe Goujon, député LR de Paris qui s'exprimait sur LCP, "Monsieur Le Maire (…) ne pourra pas se prévaloir de l'étiquette des Républicains et de l'UDI, et sera bien sûr exclu de la formation politique qui est la nôtre".

Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) s'est, elle, dite "surprise" sur Twitter "de voir que certaines personnalités, sans qu'il y ait de changement de projet, rejoignent Emmanuel Macron ce soir".

Dans la même thématique

Le Maire dit pouvoir “travailler dans une majorité” autour de Macron, critiques au sein de LR
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le