Le mécène Pierre Bergé soutient Emmanuel Macron

Le mécène Pierre Bergé soutient Emmanuel Macron

Le mécène Pierre Bergé, copropriétaire du Monde, a annoncé lundi sur Twitter qu'il "apporte (son) soutien sans la moindre...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le mécène Pierre Bergé, copropriétaire du Monde, a annoncé lundi sur Twitter qu'il "apporte (son) soutien sans la moindre restriction à Emmanuel Macron pour être le président qui nous conduira vers une sociale-démocratie".

"Il n'y a pas d'autre choix aujourd'hui", a-t-il précisé à l'AFP au lendemain de la victoire de Benoît Hamon à la primaire du PS. "Si Valls avait gagné, par amitié pour Valls j'aurais voté pour lui. Mais j'assiste avec tristesse à la décrépitude du PS, à la fin du PS".

"Ils vont être obligés d'arriver à une espèce de Congrès de Tours" (celui de la scission des socialistes en 1920, ndlr) "avec la ligne communiste remplacée aujourd'hui par Benoît Hamon". "Il y aura une scission d'où j'espère sortira d'un côté un parti social-démocrate, à l'américaine" et de l'autre "Hamon et l'extrême gauche", a-t-il estimé.

"Mon soutien est évidemment logique, naturel. Il y a longtemps que je soutiens Emmanuel Macron, c'est un ami personnel, lui et sa femme", a-t-il dit. "Il y a très longtemps que je fais confiance à la jeunesse, qui n'est pas un handicap mais un avantage".

Pour lui, "c'est aussi un gros avantage que Macron n'ait jamais été élu, tripatouillé dans des affaires politiciennes". "Ceux qui disent qu'il n'a pas de programme sont des imbéciles. Le programme est clair et évident", a-t-il ajouté. "Il aura la stature d'un président de la République et nous emmènera vers une social-démocratie".

En ce qui concerne un soutien financier à la campagne d'En Marche!, Pierre Bergé a rappelé qu'il n'avait, dans le cadre de la loi, "pas le droit de donner plus que 7.500 euros". "Mais je suis prêt à (lui) trouver des concours financiers, si je les trouve, et à l'aider par n'importe quel moyen", a-t-il affirmé.

Interrogé sur le positionnement d'Emmanuel Macron, Pierre Bergé a estimé qu"il penche à gauche, évidemment, mais il ne veut pas être pris pour un socialiste". "Il a eu bien raison de quitter ce gouvernement où on n'a pas voulu appliquer les réformes qu'il voulait faire", a-t-il fait valoir.

Pierre Bergé, 86 ans, proche du président François Mitterrand en 1981 puis soutien financier et médiatique du PS, avait ensuite soutenu Jacques Chirac en 1995, puis Ségolène Royal en 2007 et François Hollande en 2012.

Dans la même thématique

Le mécène Pierre Bergé soutient Emmanuel Macron
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le