Le meeting de Puigdemont à Perpignan confirmé

Le meeting de Puigdemont à Perpignan confirmé

La tenue le 29 février à Perpignan d'un meeting de l'ex-président séparatiste de Catalogne, Carles Puigdemont, à laquelle plus de...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La tenue le 29 février à Perpignan d'un meeting de l'ex-président séparatiste de Catalogne, Carles Puigdemont, à laquelle plus de 70.000 personnes sont attendues selon les organisateurs, a été confirmée mardi après un feu vert de la préfecture.

La préfecture a indiqué mardi à l'AFP à l'issue d'une réunion avec des représentants des organisateurs avoir décidé de ne pas interdire cette manifestation, le motif possible d'une atteinte manifeste à l'ordre public n'étant pas avéré.

"La préfecture a préféré respecter le principe de liberté de manifester", ont indiqué ses services.

Le délai mis par les pouvoirs publics à trancher sur le dossier de déclaration de cette manifestation avait alimenté des rumeurs d'une possible interdiction, au vu notamment de la foule attendue.

Les organisateurs ont indiqué anticiper la venue de plus de 70.000 personnes, qui doivent notamment affluer de l'autre côté de la frontière à bord de centaines de bus.

Les hôtels à Perpignan et aux alentours affichaient complets mardi à plus de 90% pour le rendez-vous.

Outre M. Puigdemont -- protégé par son immunité de parlementaire européen des poursuites espagnoles à son encontre-- le meeting, prévu à la mi-journée, doit accueillir d'autres personnalités catalanes, dont les ex et actuel présidents de la région de Catalogne, Artur Mas et Quim Torra.

M. Puigdemont s'est exilé en Belgique à la destitution de l'exécutif catalan décidée par Madrid après la déclaration unilatérale d'indépendance de 2017.

A Perpignan, à 25 kilomètres de la frontière franco-espagnol, "je me sentirai à la maison, marchant sur les terres catalanes de la Catalogne du nord", avait-t-il déclaré en annonçant la tenue de ce meeting en janvier.

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le