Le nouveau gouvernement « a vocation à durer », affirme l’exécutif

Le nouveau gouvernement « a vocation à durer », affirme l’exécutif

Le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a indiqué que le nouveau gouvernement formé avait vocation à s’inscrire dans le temps. Il précise également que la nouvelle équipe ne s'opposera pas à une éventuelle suppression de l'immunité parlementaire.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

La formule avait été employée par Emmanuel Macron à la mi-mai, avant la formation de la première équipe d’Édouard Philippe. À l’issue du premier conseil des ministres du gouvernement Philippe 2, le porte-parole Christophe Castaner a cité les commentaires d’Emmanuel Macron sur le nouvel exécutif, des propos qui sonnent comme un air de déjà-vu. « Le président a précisé que ce gouvernement avait vocation à durer longtemps. »

Emmanuel Macron « a d’ailleurs dit que cette fierté, ce bonheur, qu’il pouvait avoir à ce moment-là, nous rendrait tous plus collectivement plus exigeants encore », a poursuivi le porte-parole.

« Résister à la tentation de déstabilisation des exécutifs »

Toujours selon Christophe Castarner, le président de la République a souligné que le départ des trois ministres issus du MoDem était « leur choix », et a rappelé la règle édictée par Édouard Philippe selon laquelle un ministre mis en examen doit démissionner. Christophe Castaner a évoqué les « limites » de cette décision :

« Elle a pour conséquence, au fond, de donner l’impression qu’il y aurait une forme de culpabilité. Or, nous savons tous que pour les personnes qui ont fait le choix de quitter le gouvernement, il n’en est rien. [...] Il y a dans cette règle quelque chose de violent et d’injuste [...]
Il nous faut, et je vous y invite collectivement à résister à la tentation de déstabilisation des exécutifs, des institutions – et ça vaut aussi pour toutes institutions – par la mise en cause qui pourrait être une mise en cause automatique. »

Le gouvernement ne s'opposera pas à une éventuelle suppression de l'immunité parlementaire

Interrogé sur les propos du député Thierry Solère (LR), qui plaide pour une suppression de l'immunité parlementaire, Christophe Castaner a indiqué que le gouvernement ne s’y opposerait pas, si les députés et les sénateurs souhaitaient la retirer. « C'est bien que ce débat soit posé », a-t-il ajouté.

Le gouvernement ne "s'opposera pas" à une suppression de l'immunité parlementaire
00:24

Dans la même thématique

Paris: Rassemblement national deputes legislatives Assemblee nationale
5min

Politique

Rentrée des députés RN à l’Assemblée : « Ils veulent montrer que le chaos et la pagaille, ce n’est pas eux »

Les troupes de Marine Le Pen ont fait leur entrée mercredi à l'Assemblée nationale, et ont promis d'être « irréprochables »afin d'arriver « demain » aux responsabilités. Dans l’hémicycle, le parti à la flamme et ses alliés devraient compter 143 députés, contre 88 en 2022. Il n’a jamais compté autant d’élus au Palais Bourbon.

Le