Le nouveau ministre veut “une école de la confiance” avant la rentrée

Le nouveau ministre veut “une école de la confiance” avant la rentrée

Priorité à l'école primaire et à la lutte contre les inégalités: le nouveau ministre de l'Education a présenté mardi la première rentrée...
Public Sénat

Par Isabelle TOURNE et Frédérique PRIS

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Priorité à l'école primaire et à la lutte contre les inégalités: le nouveau ministre de l'Education a présenté mardi la première rentrée scolaire du quinquennat Macron, affichant sa volonté de construire "une école de la confiance".

Lors de la rituelle conférence de presse, six jours avant la rentrée des 12,8 millions d'élèves et 884.000 enseignants, Jean-Michel Blanquer a renouvelé sa "confiance à tous les acteurs du système" éducatif. "Je suis là pour soutenir les professeurs et nous devons tous les soutenir".

Rentrée 2017
Données et principales nouveautés sur la rentrée scolaire 2017
AFP

Il s'est félicité d'avoir, en quelques semaines, concrétisé des promesses de campagne d'Emmanuel Macron. "Ce que nous disons, nous le faisons", a déclaré le ministre, qui depuis son installation a multiplié les annonces, se voyant souvent accusé de "détricoter" l'héritage Hollande.

Les deux principaux changements concrets sont une forte réduction du nombre d'élèves (à une douzaine) dans les CP des quartiers très défavorisés (REP+) et un retour à la semaine de quatre jours pour un tiers des écoles dans les communes où établissements scolaires et mairies le souhaitaient.

Le dédoublement des classes de CP en REP+ sera effectif dans 86% des classes. Pour les 14% restantes, il y aura deux maîtres dans la salle de cours. Le dédoublement des classes de CP et CE1 en REP et REP+ s'étalera sur trois ans, jusqu'en 2019, soit un an de plus que prévu.

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer rencontre des élèves et des pare,nts lors de la visite d'une école à Saint-Denis de la Réunion, le 18 août 2017
Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer rencontre des élèves et des pare,nts lors de la visite d'une école à Saint-Denis de la Réunion, le 18 août 2017
AFP/Archives

Pour mettre en œuvre la mesure, le gouvernement puisera dans le vivier des enseignants du dispositif "Plus de maîtres que de classes", qui consiste à affecter un enseignant supplémentaire dans une école: un tiers de ces effectifs ont été redéployés.

Mais le premier syndicat des enseignants en école primaire, le SNUipp-FSU, s'étonne de la réduction de ce dispositif, qui "allait être évalué en 2019". Le syndicat a d'ailleurs lancé lundi "un avertissement" au ministre, estimant que "la confiance" a déjà été "entachée"

- "Priorité" budgétaire -

Parmi les sujets qui fâchent: la baisse des emplois aidés auxquels l'Education nationale a largement recours. Le ministre a confirmé que les 50.000 emplois conservés seront consacrés à l'accompagnement des élèves en situation de handicap. Les 23.000 supprimés étaient dédiés notamment à l'assistance des directeurs d'école.

Conséquence de cette baisse, à La Réunion, la rentrée scolaire a été décalée de cinq jours dans la plupart des communes. Une petite commune du Calvados, Valorbiquet, veut aussi repousser la rentrée d'une semaine. Alors que l'Association des maires de France a tiré la sonnette d'alarme, le ministre a assuré suivre la situation de près.

Rentrée 2017
Les nouveautés de la rentrée scolaire 2017
AFP

La nouveauté de la rentrée, c'est aussi, pour un tiers des écoles primaires, un retour à la semaine de quatre jours, revenant ainsi sur les quatre jours et demi instaurés sous François Hollande. Il ne s'agit pas d'un "retour en arrière mais d'une nouvelle étape", a assuré Jean-Michel Blanquer. Une concertation pour revoir plus largement le rythme journalier, le calendrier scolaire et la durée des vacances sera bientôt ouverte.

Autre mesure: des évaluations nationales en français et en maths dès la rentrée pour les CP et en novembre pour les 6e.

Au niveau du collège, les établissements peuvent rétablir les options de langues anciennes, dont M. Blanquer s'est fait le chantre mardi, développer les classes bilangues et les sections européennes. Le dispositif "devoirs faits", qui permettra aux collégiens de faire leurs devoirs dans le cadre de l'établissement, sera mis en place après les vacances de la Toussaint.

La voie professionnelle (CAP, bacs pro) est une "très grande priorité", a répété le ministre. Il veut la "renouveler" et évoque une réforme des CAP et une meilleure articulation avec l'apprentissage.

Alors que les ministères sont appelés à réduire leurs dépenses, il se félicite que l'éducation soit, avec la défense, une "priorité" budgétaire. Le prochain budget de l'Education nationale devrait "dépasser les 70 milliards d'euros" contre un peu moins de 69 milliards en 2017, versement des retraites compris.

Quant à la prime annuelle de 3.000 euros promise aux instits en REP+, elle sera "bien sûr" mise en œuvre, a assuré le ministre, sans toutefois donner de calendrier.

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le

Paris: The political party LR Les Republicains organized an economic evening
4min

Politique

RIP sur l’immigration : le Conseil constitutionnel rejette la demande des LR

Les Républicains avaient recueilli le nombre de signatures de parlementaires nécessaires pour lancer un référendum d’initiative partagée sur l’immigration. Leur proposition de loi référendaire visant à conditionner certaines prestations sociales aux étrangers en situation régulière a été jugée non conforme à la Constitution par le Conseil Constitutionnel.

Le