Le Parlement européen approuve l’accord de libre-échange UE-Canada

Le Parlement européen approuve l’accord de libre-échange UE-Canada

Négocié depuis 2009, le traité Ceta a reçu ce mercredi le feu vert des eurodéputés. Le texte doit désormais aborder un long processus de ratification dans les pays de l’Union.
Public Sénat

Par Guillaume Jacquot (Sujet vidéo : Pauline Even)

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Après trois heures de débat, parfois tendu, le Parlement européen a sans surprise adopté le traité Ceta (acronyme anglais d’AECG, accord économique et commercial global) ce mercredi par 408 voix pour, 254 contre, et 33 abstentions, porté par le soutien de la plupart des membres du Parti populaire européen (PPE) et des libéraux (ALDE), et une partie du groupe socialiste. Les écologistes et la gauche radicale ont voté contre.

La délégation socialiste française a unanimement voté contre le Ceta, alors qu'elle s'était montrée divisée ces derniers mois. Chez les eurodéputés français de droite, le média Contexte précis que six d'entre eux se sont abstenus.

L’équilibre des forces en séance plénière est similaire à celui observé le 24 janvier, lors du vote en commission du Commerce international : le texte avait reçu l’avis favorable de 25 eurodéputés, contre 15 (une abstention). Ce feu vert donné à Strasbourg est pourtant loin de signer la fin des débats sur le sujet.

Ce que prévoit le traité

Ce vaste accord économique et commercial prévoit notamment la suppression de 99% des droits de douane entre l’UE et le Canada, sur un grand nombre de biens et services. Le secteur audiovisuel, de même que les services publics ou les transports ne sont pas concernés par ces nouvelles règles. Certains produits comme la volaille, les œufs et les produits laitiers n’entrent pas dans le champ du Ceta.

Le Ceta organise une harmonisation des normes entre l’Union européenne et le Canada, avec des reconnaissances mutuelles de certifications et de tests de produits. Une manière d’accélérer et de faciliter l’entrée sur le marché d’un produit.

Concernant les marchés publics, le traité prévoit d’instaurer des accès réciproques de part et d’autre : cette ouverture est une avancée pour les Européens qui n’en bénéficiaient pas.

La Commission européenne espère que l’application du Ceta se traduira par une progression de 20 à 25% du commerce de l’Union européenne avec le Canada.

Pourquoi le traité inquiète ?

Le secteur agricole européen – notamment les filières d’élevage et les céréaliers –  redoute l’extension des quotas d’importation et l’impact de la concurrence de la production intensive canadienne. La protection des appellations d’origine contrôlées est également jugée incomplète par les opposants au texte. Le député français EELV José Bosé a notamment alerté sur le manque de protection qui pourrait porter préjudice aux fromages français.

Sur le terrain sanitaire et des normes, des ONG (Foodwatch en tête) reprochent au traité de ne pas prendre en considération le principe de précaution, un principe selon lequel les États peuvent prendre des restrictions sur des produits afin d’anticiper des éventuels risques sur le plan de la santé ou de l’environnement. Le risque juridique serait double : les futures négociations sur les normes pourraient être défavorables à ce principe (d’autant plus que le Canada ne le reconnaît pas), et le traité pourrait se heurter à la Constitution française, qui garantit ce principe de précaution, à travers la Charte de l’environnement présente dans le préambule. Les Européens assurent que le Ceta ne remettra pas en cause les règles relatives à l’alimentation, et notamment les restrictions qui pèsent sur les OGM ou encore le bœuf aux hormones.

L’incertitude sur la composition des tribunaux d’arbitrage, censés régler les litiges entre une multinationale et un État au sujet d’une politique publique, alimente également les craintes sur le Ceta. L’indépendance et l’impartialité de ces cours est régulièrement invoquée dans le débat.

Quelles suites après le vote du Parlement européen ?

Fruit de cinq années de négociations (lancées au sommet de Prague le 6 mai 2009 et achevées à Ottawa en septembre 2014), le Ceta doit à présent entamer un long chemin sur la voie de la ratification, qui pourrait prendre plusieurs années. Côté canadien, le traité a été adopté en troisième lecture à la Chambre des communes ce mardi, et doit à présent être soumis au vote du Sénat canadien.

Signé par le Premier ministre canadien et le président du Conseil européen le 30 octobre, et maintenant approuvé par le Parlement européen, le texte, en tant qu’accord mixte, doit à présent être ratifié par les parlements nationaux. Une demande portée par la France et l’Allemagne, qui ont obtenu gain de cause en juillet dernier. La signature est requise jusqu’à l’échelon régional dans le cas d’un État fédéral comme la Belgique. On se souvient qu’en octobre, le parlement wallon avait opposé son veto à la signature du texte, avant de finalement l’autoriser, après avoir obtenu plusieurs garanties sur les chapitres les plus controversés.

La signature du Parlement européen obtenue, les dispositions du Ceta peuvent être appliquées « provisoirement » dès avril par les États membres de l'UE, si ces dernières relèvent de la compétence de l’Union européenne, et celles-ci sont nombreuses. Une partie des accords commerciaux pourra donc être appliquée avant qu'un parlement national se prononce.

Sur l’hypothèse de l’échec d’une seule des 28 ratifications nécessaires, le secrétaire d’État français au Commerce extérieur rappelait en novembre les conclusions du Conseil de l’Union européenne, réuni le 18 octobre 2016 :

« Ce qui a été décidé est que si un Parlement votait contre, l’ensemble du traité tomberait, y compris l’application provisoire. »

Dans la même thématique

Le Parlement européen approuve l’accord de libre-échange UE-Canada
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le

Jordan Bardella visite Poste-Frontiere de Menton
5min

Politique

Elections européennes : la tentation des seniors pour le vote RN, symbole de « l’épanouissement du processus de normalisation » du parti, selon Pascal Perrineau

Alors que la liste menée par Jordan Bardella (31.5%) devance de plus de 14 points la liste Renaissance, menée par Valérie Hayer (17%), selon le dernier sondage IFOP-Fiducial pour LCI, le Figaro et Sud-Radio, le parti de Marine Le Pen, mise désormais sur l’électorat âgé, traditionnellement très mobilisé pour les élections intermédiaires. Désormais deuxième force politique chez les plus de 65 ans (le RN conquiert 24% de cet électorat, 7 points de moins que Renaissance), la stratégie semble porter ses fruits. Décryptage avec le politologue Pascal Perrineau, professeur émérite à Sciences Po Paris et récent auteur de l’ouvrage Le Goût de la politique : Un observateur passionné de la Ve République, aux éditions Odile Jacob.

Le

Mairie de Paris, Jeux Olympiques 2024
4min

Politique

JO 2024 : les agents de sécurité privée vont-ils faire défaut ?

A trois mois des Jeux Olympiques, des incertitudes planent sur le nombre d’agents de sécurité privée mobilisés. Le préfet de police de Paris, Laurent Nunez indique « ne pas être inquiet pour l’instant ». Du côté des professionnels du secteur, on évalue un manque de 8 000 agents sur 40 000 nécessaires.

Le