Le Parti de gauche dénonce “une dérive de l’utilisation de la police”

Le Parti de gauche dénonce “une dérive de l’utilisation de la police”

Eric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche, lors d’une manifestation en soutien à la Grèce, à Paris le 15 février 2015 AFP/Archives Eric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche, a dénoncé vendredi “une dérive de l’utilisation de la police”, estimant que le gouvernement se sert des policiers comme “gardes-barrières sociaux”. “Aujourd’hui il y […]
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Eric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche, lors d'une manifestation en soutien à la Grèce, à Paris le 15 février 2015
Eric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche, lors d'une manifestation en soutien à la Grèce, à Paris le 15 février 2015
AFP/Archives

Eric Coquerel, coordinateur politique du Parti de gauche, a dénoncé vendredi "une dérive de l'utilisation de la police", estimant que le gouvernement se sert des policiers comme "gardes-barrières sociaux".

"Aujourd’hui il y a une espèce de parallèle à faire entre la façon dont des syndicalistes d’Air-France sont pourchassés, la façon dont des membres d’associations qui défendent les migrants sont pourchassés, et effectivement on a l’impression que l’état d’urgence sert à tout sauf à lutter contre le terrorisme", a-t-il déclaré sur France-Inter.

"C'est le rôle d’un gouvernement de savoir utiliser les forces de police à bon escient. Et là, il les utilise à mauvais escient, il les utilise pour faire taire ses opposants", a-t-il poursuivi. "Mettons les policiers là où ils sont nécessaires (...), mais ne les mettons pas à jouer les gardes-barrières sociaux du gouvernement et c’est ce qui se passe malheureusement depuis des mois, on l’a vu avec la loi Travail".

Sur l'accueil des réfugiés, M. Coquerel a jugé que le gouvernement "n’est pas à la hauteur". "Aujourd’hui ce n’est plus des promesses qu’il faut. Il faut concrètement qu’à la rentrée il y ait des centres d’accueil, de jour et de nuit, dignes de ce nom" dit-il.

Il a estimé "qu'il faudrait aussi élargir" le droit d'asile. "Aujourd’hui nous avons un droit d’asile très restrictif et qui ne tient pas compte notamment de toute la question des réfugiés climatiques, de toute la question des réfugiés économiques".

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le