Le patron de LREM reconnaît un “fonctionnement trop vertical” du parti

Le patron de LREM reconnaît un “fonctionnement trop vertical” du parti

Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, a considéré lundi que le mouvement avait "un fonctionnement trop...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, a considéré lundi que le mouvement avait "un fonctionnement trop vertical", en appelant à ce que la réforme des statuts "renforce la démocratie locale" interne, dans un entretien au Monde.

"Nous avons un fonctionnement trop vertical dans lequel tout doit remonter à Paris, chargé de régler tous les conflits, y compris locaux", déplore le délégué général du mouvement présidentiel, qui appelle à ce que "les comités politiques départementaux (puissent) avoir davantage la main là-dessus".

"Pour la préparation des élections, je souhaite également qu'ils puissent détenir un pouvoir statutaire dans les commissions départementales d'investiture", poursuit M. Guerini, qui propose également "une sorte d'assemblée locale des marcheurs qui désignerait en son sein les membres qui composent le Conseil national".

Stanislas Guerini suggère encore de décentraliser les moyens financiers et d'ouvrir davantage de permanences en province.

"Récemment, nous avons invité les marcheurs à participer à une consultation en ligne, qui se terminera à la fin du mois, pour qu'ils contribuent à construire la prochaine réforme des statuts du mouvement", fait-il encore valoir, en revendiquant "plus de 2.000 contributions".

Les statuts de LREM doivent être révisés à la rentrée.

Dans la même thématique

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
9min

Politique

Ecologie : un séminaire du gouvernement pour « montrer que l’engagement n’a pas diminué »… à dix jours des européennes

Le premier ministre Gabriel Attal a rassemblé ses ministres pour « faire le bilan » de l’action de l’exécutif en matière d’environnement, avant des annonces attendues en juin sur le plan d’adaptation au réchauffement. De quoi faire une piqûre de rappel aux électeurs macronistes déçus, juste avant les européennes. Matignon plaide le « hasard de calendrier ».

Le

Le patron de LREM reconnaît un “fonctionnement trop vertical” du parti
3min

Politique

Européennes : « Aujourd’hui, l’Europe est surtout guidée par des critères financiers », tance Pierre Larrouturou

38 listes pour 38 différentes visions de l’Europe. Alors que pour la majorité des listes, la campagne se fait en catimini, Public Sénat a décidé de vous permettre d’y voir plus clair, en vous présentant le programme de ces « petites » listes. Aujourd’hui, p arole à Pierre Larrouturou, tête de liste de « Changer l’Europe », qui défend « une Europe qui s’intéresse au bien-être, qui fait baisser les loyers, et qui améliore la vie quotidienne des gens ».

Le