Le Pen est “à côté de la plaque” avec son moratoire “illégal” sur l’immigration (Macron)

Le Pen est “à côté de la plaque” avec son moratoire “illégal” sur l’immigration (Macron)

Marine Le Pen est "à côté de la plaque" avec sa proposition "illégale et inefficace" d'un moratoire complet sur l'immigration, a...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Marine Le Pen est "à côté de la plaque" avec sa proposition "illégale et inefficace" d'un moratoire complet sur l'immigration, a affirmé mardi le candidat d'En Marche! Emmanuel Macron à la présidentielle, jugeant qu'elle faisait preuve d'une "démagogie dangereuse".

"Je pense que c'est une mesure qui a vocation pour elle à se relancer dans cette campagne difficile et à faire parler d'elle. C'est une mesure qui est à la fois illégale et inefficace, donc elle ne nécessite pas beaucoup de commentaires", a déclaré M. Macron en sortant d'une visite d'usine à Bazainville (Yvelines).

"Notre pays vit aussi de l'immigration, nous accueillons des étudiants, nous accueillons des talents, nous accueillons aujourd'hui des tas de forme d'immigration qui sont parfaitement légales, ce qui est le propre d'une démocratie qui respire qui vit et qui est attractive. Donc avoir légalement un dispositif où il n'y a plus d'immigration, bon courage! Donc c'est de la démagogie dangereuse", a-t-il répliqué.

Mme Le Pen, en tassement dans les sondages, a durci lundi ses propositions sur l'immigration, en proposant d'instaurer un "moratoire immédiat sur toute l'immigration légale" si elle parvenait à l'Elysée. Ce moratoire ne durerait que "quelques semaines", a-t-elle précisé mardi.

Pour M. Macron, "le vrai sujet en France c'est d'avoir des procédures qui permettent de réduire l'immigration illégale" et de réduire le nombre de personnes "en attente de titres de séjour qui s'installent dans une vie normale et quand ils n'obtiennent pas ce titre de séjour ne sont pas expulsées ou plus expulsables".

Le candidat d'En Marche! propose dans son programme "une procédure sur le droit d'asile qui permet de tout régler en six mois" contre "un an à deux ans" actuellement, ainsi qu'une "vraie reconduite vers les pays d'origine en cas de refus" et un "vrai travail" en matière d'intégration.

"Le sujet n'est pas le sujet de l'immigration comme un grand tout parce que c'est beaucoup plus compliqué que cela. Donc Mme Le Pen une fois encore est simplement à côté de la plaque", a poursuivi l'ancien ministre de l'Economie à la fin de sa visite dans les Yvelines.

Dans la même thématique

Le Pen est “à côté de la plaque” avec son moratoire “illégal” sur l’immigration (Macron)
5min

Politique

Conflit LR/Ciotti : la direction provisoire du parti s’apprête à saisir la justice

Si Éric Ciotti s’affiche désormais aux côtés de Jordan Bardella et Marine Le Pen, son exclusion des Républicains, votée par deux fois en Bureau politique, a été suspendue par la justice. Les cadres du parti souhaitent convoquer un troisième Bureau politique, mais le député sortant s’y oppose. La direction provisoire du mouvement va donc saisir la justice, afin que soit désigné un administrateur provisoire.

Le

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Le Pen est “à côté de la plaque” avec son moratoire “illégal” sur l’immigration (Macron)
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le