Le Pen: Mélenchon, “immigrationniste” et proposant des impôts “écrasants”

Le Pen: Mélenchon, “immigrationniste” et proposant des impôts “écrasants”

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a accusé Jean-Luc Mélenchon, adversaire de La France insoumise en hausse dans...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a accusé Jean-Luc Mélenchon, adversaire de La France insoumise en hausse dans les sondages, d'être un "immigrationniste absolu" et de vouloir "100 milliards d'impôts supplémentaires" qui vont "écraser" les Français.

Alors qu'on lui demandait "comment on arrête" la progression sondagière de M. Mélenchon, Mme Le Pen a répondu au Talk du Figaro: "On rappelle juste aux Français ce qu'il veut mettre en place".

"Il veut mettre en place, et il l'assume, 100 milliards (d'euros) d'impôts supplémentaires. Aux Français, je dis +vous avez subi 35 milliards sous Nicolas Sarkozy et 35 milliards sous François Hollande, vous avez vu ce que vous avez vécu les 5 dernières années, vous multipliez par 3!+" a lancé la patronne du FN.

Pour elle, "les classes moyennes vont être complètement écrasées par ces impôts ainsi d'ailleurs que les classes populaires".

"Puis surtout", a-t-elle repris, M. Mélenchon est "un immigrationniste absolu", qui souhaite "ouvrir les frontières et régulariser l'intégralité des clandestins".

"Il est pour l'immigration, il a toujours été pour une immigration massive, et donc en cela nous sommes profondément encore une fois divergents", a insisté Mme Le Pen.

Avec Jean-Luc Mélenchon, "d'accord, oui, on conteste les résultats de l'UE". "On n'est pas les seuls, il y en a d'autres!", s'est-elle exclamée.

"Il y a ceux qui sont sincères et ceux insincères; ceux qui disent aux Français ce qu'ils ont envie d'entendre, la critique de l'UE, et puis ceux qui disent aux Français: +moi, je vais vous arracher à ce drame économique qu'a créé l'UE", a estimé Mme Le Pen.

Pour elle, le candidat de La France insoumise ne "dit pas qu'il faut faire du patriotisme économique, qu'il faut donner une priorité d'accès aux marchés publics aux commandes françaises."

"Il n'y a rien de national chez Mélenchon, il est un peu comme (Philippe) Poutou qui a dit lors du débat: +moi, je m'en fous des Français+", a accusé encore Mme Le Pen, en référence à la conclusion lors du débat télévisé du candidat du NPA, où il s'était adressé à "l'ensemble de la population", y compris les étrangers en France.

"Ces gens-là sont là pour défendre des idéologies qui se sont construites contre l'existence même des nations", d'après la candidate FN.

Dans la même thématique

Le Pen: Mélenchon, “immigrationniste” et proposant des impôts “écrasants”
5min

Politique

Conflit LR/Ciotti : la direction provisoire du parti s’apprête à saisir la justice

Si Éric Ciotti s’affiche désormais aux côtés de Jordan Bardella et Marine Le Pen, son exclusion des Républicains, votée par deux fois en Bureau politique, a été suspendue par la justice. Les cadres du parti souhaitent convoquer un troisième Bureau politique, mais le député sortant s’y oppose. La direction provisoire du mouvement va donc saisir la justice, afin que soit désigné un administrateur provisoire.

Le

Julian Assange extradition decision at Royal Courts Of Justice in London, UK – 20 May 2024
5min

Politique

Libération de Julian Assange : « La mobilisation de l’opinion publique a payé »

L’épilogue d’une saga judiciaire longue de 14 ans. Ce mardi, Julian Assange a été relâché de sa prison du Royaume-Uni, à la suite d’un accord de plaider-coupable conclu avec la justice américaine. Poursuivi pour avoir révélé des centaines de milliers de documents confidentiels, il encourait jusqu’à 175 ans de prison. Très mobilisé pour la libération du fondateur de Wikileaks, le groupe communiste du Sénat se réjouit de cette libération.

Le

Le Pen: Mélenchon, “immigrationniste” et proposant des impôts “écrasants”
4min

Politique

Dissolution : « Le quinquennat d’Emmanuel Macron s’est terminé le 9 juin », affirme Patrick Kanner

Invité de la matinale de Public Sénat, Patrick Kanner, président du groupe socialiste au Sénat s’est exprimé sur les enjeux de la campagne pour les législatives. L’élu du Nord n’a pas épargné le président de la République, considérant que « sa parole n’existe plus ». Le socialiste s’inquiète également des conséquences de la dissolution.

Le